Rawn Clark A Bardon Compagnion Pdf et extrait sur le temps:

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rawn Clark A Bardon Compagnion Pdf et extrait sur le temps:

Message  fluorikar le Mer 28 Déc - 18:46

Vous le savez sans doute déjà mais je rapèlle que le livre de Rawn Clark est
disponible en pdf sur internet: ici: http://www.abardoncompanion.com/ABardonCompanionBookFRENCH.pdf

Petit extrait sur le temps:

Le Temps :

Le temps n’est pas, à proprement parler, un des sujets dont discute M.
Bardon à travers la section théorique de son CVIM. Je crois néanmoins
qu’il est d’une telle importance pour l’étudiant que j’ai choisi de glisser
ici quelques mots à son propos.
Il est difficile de séparer la réalité objective du temps de la perception
humaine et subjective que nous en avons. Toutes deux sont d’intérêt
pour le magicien.
En tant qu’êtres humains physiques, nous faisons l’expérience du temps
comme d’une chose s’étendant derrière et devant nous. Ou bien pour
nous le temps semble avancer ou nous semblons progresser à travers celui-
ci. D’une façon ou d’une autre, nous percevons le temps comme ayant
un mouvement progressif vers l’avant.
Pour suivre cet avancement progressif, nous avons construit des méthodes
élaborées pour mesurer ce passage du temps. Nous avons divisé le
temps en secondes, en minutes, en heures, en jours, en semaines, en
mois, en années, etc.
Au moment où j’écris ces lignes, il est 1 :10 pm, Heure Normale du
Pacifique, le 3 mars 2001. Ce fait n’a de pertinence qu’en ce qui concerne
ma vie profane où il m’aide à me situer dans le contexte de ma
routine de tous les jours, mais en tant que magicien, ceci n’a que peu
d’intérêt pour moi.
Il n’y a en magie qu’un seul aspect du temps qui ait une véritable signification,
et c’est le moment présent ou maintenant. À cette règle ses exceptions,
comme lorsque le magicien doit établir une durée pour un acte
magique particulier (comme par exemple maintenir l’efficacité d’un
traitement magique jusqu’à ce que le patient se rétablisse) ou lorsqu’il
fait concorder un certain rituel avec une configuration astrologique favorable,
etc.
L’essence du temps est la continuité du changement. Le nombre de
changements qui se produisent à l’intérieur de chaque instant est véritablement
infini. Il n’existe aucune stasis — aucun moment où ne cesse
le changement et où tout reste identique. C’est là le point crucial de ce
qui différencie notre perception subjective du temps de sa réalité objective.

En notre qualité d’êtres physiques, nous sommes dans l’impossibilité de
percevoir le nombre infini des changements qui se produisent à chaque
moment. Tout ce que nous pouvons faire c’est de nous saisir, en un moment
précis, d’une infime quantité de ces changements. Les mécanismes
de la perception humaine sont tels que nous saisissons l’équivalent d’une
photographie du temps présent — altérant cette dernière en une statique
et immuable image des événements — décodant à posteriori la signification
que revêt pour nous cette représentation. Ce phénomène se produit
avec une rapidité telle que nous développons dans le processus une
chaîne de ces images d’action figées, acquérant l’impression d’un mouvement
vers l’avant similaire à notre perception d’un film de 24 images
statiques à la seconde.

Ceci à pour effet de nous maintenir toujours légèrement hors d’une synchronisation
temporelle et émotionnelle avec le temps objectif ou temps
réel. En temps objectif, il n’existe qu’une seule partie — le moment
présent ou maintenant. Objectivement, le Maintenant est éternel et en un
sans cesse état de changement. Il n’a aucun mouvement — il EST simplement.

Le moment présent est constitué de trois composantes :
1. L’Infini Changement.
2. L’Infini Continuité : C’est ce qui rend un moment si similaire à
ceux qui l’ont précédé et qui le suivront.
3. L’immédiateté : C’est cette sensation d’immédiat inhérente à notre
expérience du moment présent.
Tel que perçue par le cerveau humain, l’infinité du moment présent apparaît
comme une séquence de moments finis. De ce fait, nous avons
l’impression qu’il existe des moments passés, présents et futurs. Mais le
magicien devrait comprendre clairement qu’au niveau physique de notre
existence, le passé est seulement fonction de notre mémoire et le futur de
notre imagination créative. On ne peut véritablement dire ni du passé ni
du futur qu’ils existent présentement.
En apparente contradiction avec ceci, nous parlons d’une éternité qui
englobe la totalité du passage du temps et nous ergotons à savoir si nous
bénéficions ou non de notre libre-arbitre. Je vous dis qu’il n’y a aucune
contradiction ou, plutôt, que ces contradictions coexistent fort aisément.
Alors que le moment présent est tout ce qui existe véritablement à l’intérieur
du Plan Physique où le temps se mêle si intimement à l’espace,
dans les sphères les plus éphémères des Plans immatériels, d’où l’éternité
suspend son oscillation, l’ensemble du temps (présent, passé et futur,
pour ainsi dire) existe, entier et simultané.
Le temps est infini d’une façon multidimensionnelle. Lorsque l’on fait
l’expérience de l’éternité, l’entière infinité multidimensionnelle du
temps apparaît comme un Maintenant unifié. Dans cette perspective, le
problème du libre-arbitre devient hors propos du fait que, nécessairement,
l’infinité implique qu’il y ait suffisamment d’options pour pourvoir
au nombre infini des trajectoires que peut décider d’emprunter un
individu. En d’autres termes, il requiert le libre-arbitre pour créer et pour
suivre l’infinité des alternatives qui remplissent l’éternité. Du point de
vue magique, il s’agit là de la vérité mère derrière nombre de théories
des physiciens modernes concernant l’idée qu’il y ait un nombre infini
d’univers suivant une infinité de lignes du temps. L’éternité n’est pas
remplie d’infinies possibilités, mais bien d’infinies actualités. En d’autres
termes, toutes les possibilités sont actualisées — si elles ne l’étaient
pas, l’éternité ne pourrait véritablement être infinie.
Ce qui nous empêche de percevoir constamment l’éternité par le biais de
notre conscience usuelle c’est le fait qu’en tant qu’humain et qu’êtres
physiques nous soyons intimement liés à la dynamique des séquences.

Sous tous égards, une chose en suit une autre. Une idée conduit à une
autre, une action est suivie d’un effet, etc. La perception de l’éternité, ou
de toute infinité en sa totalité, requiert que l’on se retire en une perspective
non-séquentielle. Cette perspective est si étrangère à nos existences
quotidiennes que rarement en considérons-nous seulement les implications,
sans parler de ses possibilités.
Le Plan Physique est gouverné à la fois par le temps et l’espace. Je dois
cependant dire, qu’il est difficile de dissocier l’espace du temps car sans
le facteur temps, l’espace n’existerait pas.
Le Plan Astral sert de médiateur entre le Plan Physique densément «
séquentiallisé » et l’aspect non-séquentiel du Plan Mental. De ce fait le
Plan Astral n’est pas totalement lié à la substance et il est dit pour cette
raison que l’espace ne détient aucune influence dans l’astral. Ceci n’est
que partiellement vrai, mais l’est tout spécialement pour le magicien lorsqu’il
est question de séjourner dans l’astral ou de communiquer avec
d’autres êtres via ce Plan. En d’autres termes, le magicien proprement
rompu à cet Art pourrait voyager à travers l’astral jusqu’en n’importe
quel lieu Physique et communiquer avec un autre être indifféremment de
l’emplacement où chacun réside dans l’espace. Le temps toutefois (c’està-
dire, la séquence), détient une solide emprise sur le Royaume Astral et
pour vraiment voyager à travers le temps, c’est à partir du Plan Mental
que le magicien doit travailler.
Le Plan Mental embrasse à la fois le royaume de la séquence (temps) et
le royaume non-séquentiel (éternité). Dans les domaines les plus élevés
du Plan Mental, il n’existe aucune séquence, nous sautons, pour ainsi
dire, hors du temps et percevons les choses d’une perspective éternelle.
Dans les sphères les moins élevées du Plan Mental toutefois (ceux de la
pensée séquentielle et de la substance physique) le temps est bien un facteur.
Quant à l’espace, il ne devient un facteur du Plan Mental qu’en ce
qui concerne les niveaux où ce dernier intersecte le Plan Physique. Il ne
s’agit toutefois là que d’une infinitésimale partie de l’ensemble du Domaine
Mental. Par conséquent, nous pouvons donc affirmer que ni le
temps ni l’espace ne restreignent la substance mentale.
L’étudiant en magie bénéficiera grandement en analysant tant la nature
du temps que celle de la perception humaine. Les méditations répétées
sur le sujet, l’expérimentation et l’étude de la littérature disponible contribueront
toutes à la compréhension de l’étudiant.
Et ne vous en faites pas, il y a là tout le temps nécessaire… Very Happy


avatar
fluorikar

Messages : 748
Date d'inscription : 08/12/2010

http://evol-ution.forumgratuit.be

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum