Evangile au quotidien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Evangile au quotidien

Message  Invité le Ven 31 Déc - 12:23

On est souvent démuni face à la Bible. Pour commencer, il vaut mieux prendre les Évangiles. On peut en lire chaque jour un petit passage. La liturgie de l’Église, à travers les textes de la messe du jour, nous propose une lecture suivie très pédagogique. Une fois le texte choisi, lisons-le une première fois, simplement. Nous sommes face au mystère de la Parole de Dieu. Le Seigneur est présent, et il veut me parler. On peut alors prier : « Je crois Seigneur que tu veux me rencontrer et me parler. Que ton Esprit ouvre mon coeur à ta Parole. »

Pour cette lecture quotidienne, je vous propose un site excellent (que certains d'entre vous connaissent certainement déjà)

http://www.levangileauquotidien.org/main.php?language=FR

C'est simple d'utilisation : on reçoit un mail chaque jour, on lit et... on médite Smile

Et parce que l'Evangile d'aujourd'hui ne pourra que "parler" à ceux qui me lisent, je ne résiste pas au plaisir de le "copier/coller" ici

"vendredi 31 décembre 2010

7e jour dans l'Octave de Noël

Saint(s) du jour : St Sylvestre, Pape (+ 335)

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 1,1-18.
Au commencement était le Verbe, la Parole de Dieu, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement auprès de Dieu. Par lui, tout s'est fait, et rien de ce qui s'est fait ne s'est fait sans lui. En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas arrêtée. Il y eut un homme envoyé par Dieu. Son nom était Jean. Il était venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui. Cet homme n'était pas la Lumière, mais il était là pour lui rendre témoignage. Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde. Il était dans le monde, lui par qui le monde s'était fait, mais le monde ne l'a pas reconnu. Il est venu chez les siens, et les siens ne l'ont pas reçu. Mais tous ceux qui l'ont reçu, ceux qui croient en son nom, il leur a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu. Ils ne sont pas nés de la chair et du sang, ni d'une volonté charnelle, ni d'une volonté d'homme : ils sont nés de Dieu. Et le Verbe s'est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu'il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité. Jean Baptiste lui rend témoignage en proclamant : « Voici celui dont j'ai dit : Lui qui vient derrière moi, il a pris place devant moi, car avant moi il était. » Tous nous avons eu part à sa plénitude, nous avons reçu grâce après grâce : après la Loi communiquée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ. Dieu, personne ne l'a jamais vu ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, c'est lui qui a conduit à le connaître.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - ©️ AELF, Paris


Commentaire du jour :
Saint Maxime de Turin (?-v. 420), évêque
Sermon 10, sur la Nativité du Seigneur, PL 57,24 (trad. Année en fêtes, Migne 2000, p. 78 rev.)

« Né du Père avant tous les siècles..., il a pris chair de la Vierge Marie » (Credo)

Nous lisons, très chers frères, qu'il y a deux naissances dans le Christ ; l'une comme l'autre sont l'expression d'une puissance divine qui nous dépasse absolument. D'un côté, Dieu engendre son Fils à partir de lui-même ; de l'autre, une vierge l'a conçu par l'intervention de Dieu... D'un côté, il naît pour créer la vie ; de l'autre, pour enlever la mort. Là, il naît de son Père ; ici, il est mis au monde par les hommes. Par son engendrement du Père, il est à l'origine de l'homme ; par sa naissance humaine, il libère l'homme. L'une et l'autre formes de naissance sont proprement inexprimables et en même temps inséparables...

Lorsque nous enseignons qu'il y a deux naissances dans le Christ, nous ne voulons pas dire que le Fils de Dieu naît deux fois, mais nous affirmons la dualité de nature en un seul et même Fils de Dieu. D'une part, est né ce qui existait déjà ; d'autre part, a été produit ce qui n'existait pas encore. Le bienheureux évangéliste Jean l'affirme par ces paroles : « Au commencement était le Verbe et le Verbe était auprès de Dieu et le Verbe était Dieu » et encore : « Et le Verbe s'est fait chair. »

Ainsi donc, Dieu qui était auprès de Dieu est sorti de lui et la chair de Dieu qui n'était pas en lui est issue d'une femme. Ainsi le Verbe est devenu chair, non de telle sorte que Dieu soit dilué dans l'homme, mais pour que l'homme soit glorieusement élevé en Dieu. C'est pourquoi Dieu n'est pas né deux fois, mais, par ces deux genres de naissances -– à savoir celle de Dieu et celle de l'homme -– le Fils unique du Père a voulu être lui-même à la fois Dieu et homme en une seule personne : « Qui donc pourrait raconter sa naissance ? » (Is 53,8 Vulg)"

sunny


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum