Kabbale Bardonienne et visualisation des couleurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Kabbale Bardonienne et visualisation des couleurs

Message  Arathos le Lun 24 Déc - 11:00

Les couleurs sont des energies-lumineuses et sont visualisées legerement diaphanes, legerement transparentes.
pourquoi?
D'une part cela manifeste l'impermanence de la nature phenomenale et la permanence de la nature divine. D'autre part cela aide à la dissolution;
L'energie-couleur restant lumineuse et donc legerement plus "celeste "que "terrestre" .
"Terrestre" c'est à dire une couleur dure, morte , sans lumiere interne.( couleur morte comme le vert du tableau à l'ecole...)
La lumiere provient de la lettre "A" qui la porte et la manifeste , car c'est elle qui infuse toutes les lettres qui suivent de sa radiance.
Le "A" est l'equivalent du Saint Esprit, omnipenetrant dans ce contexte.
de fait ,la lumiere du mental individuel ,en tant que support des visualisations,aussi bien dans sa quantité que sa qualité lumineuse qu'il imprime aux visualisation des lettres Kabbalistiques, indique le degré de lumiere interieure acquise et developpée sur le sentier initiatique de la vie.
Cette lumiere presente dans la visualisation kabbalistique stimule énormément le cerveau et donne ensuite beaucoup d'energie de nature electrique au corps. Idea
En resumé: la lumiere infuse toutes les lettres Kabbalistiques qui sont legerement diaphanes . Smile
-----------------------pour illustration .(Aristote n'est pas ma tasse de thé habituellement,mais là... Idea
Aristote,
De anima,II, 7

« Toute couleur met en mouvement le diaphane en acte et c’est cela qui constitue sa nature […] L’essence formelle de la couleur, c’est de mettre en mouvement le diaphane en acte. »

traduction E. Barbotin, éd. Belles Lettres, 1966, 3 lignes.

La couleur fait passer le diaphane de la puissance à l’acte : l’essence formelle de la couleur, c’est de mettre le diaphane en acte.

La théorie de la vision d’Aristote repose ainsi sur la notion clé de diaphane :


Aristote,
De anima,II, 7

« Par diaphane, j’entends ce qui est visible sans être visible par soi absolument, mais grâce à une couleur d’emprunt. Tels sont l’air, l’eau et un grand nombre de corps solides. […] La lumière en est l’acte, je veux dire du diaphane en tant que diaphane. Mais là où le diaphane n’est qu’en puissance se trouve aussi l’obscurité. La lumière est en quelque sorte la couleur du diaphane, quand le diaphane est en entéléchie grâce à l’action du feu ou d’un élément semblable au corps de la région supérieure : cet élément [ et le feu] possèdent en effet une même et identique propriété. »

traduction E. Barbotin, éd. Belles Lettres, 1966, 8 lignes.
----------------------Aristote
De sensu , 439a sq

Il est donc évident que, […]c’est la même chose qui est apte à recevoir la couleur. Et cette chose est, par suite, le diaphane, qui, dans la mesure où il se trouve dans les corps (et tous en contiennent plus ou moins), les fait participer à la couleur. Mais puisque la couleur réside dans la limite, elle ne saurait être qu’à la limite du diaphane. Par conséquent, la couleur peut être ainsi définie : la limite du diaphane dans un corps de forme déterminée.

traduction E. Barbotin, éd. Belles Lettres, 1966, 5 lignes
.-------

_________________
ni dieu ....ni maitre...
...Aham asmi...
avatar
Arathos

Messages : 1853
Date d'inscription : 13/12/2010
Localisation : France

http://planetefrabato.forumforever.com/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum