La danse du soleil - The Sundance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La danse du soleil - The Sundance

Message  Invité le Jeu 22 Sep - 18:15



La danse du soleil - The Sundance


La danse du soleil était la cérémonie religieuse la plus spectaculaire chez les indiens des plaines. Elle avait lieu une fois par an pendant le solstice d'été. La célébration pouvait durer quatre à huit jours. Elle voulait démontrer qu'il existait une continuité entre la vie et la mort, que la mort n’était pas une fin en soit mais faisait partie d'un cycle. Les Arapaho, Arikara, Assiniboine, Cheyenne, Crow, Gros Ventre, Hidatsa, Sioux, Cree, Ojibway, Sarasi, Omaha, Ponca, Ute, Shoshone, Kiowa et Blackfoot pratiquaient cette danse.
Le rituel pouvait varier d'une tribu à l'autre. Pour celles qui subsistaient par la chasse au bison, c'était la cérémonie religieuse la plus importante. Ce rite célébrait la renaissance des participants et de leurs familles ainsi que le renouveau du monde terrestre. Le rituel comprenait sacrifices et souffrances afin de garantir l’harmonie entre les êtres vivants. Ce rituel est encore pratiqué de nos jours.

La préparation de la cérémonie
Un chaman (Holyman) était chargé de la cérémonie. Il donnait ses instructions pour la construction de la loge de la danse. Les hommes les plus importants de la tribu devaient se mettre en quête d'un arbre dont la cime se terminait en forme de fourche. Cet arbre servait de mât central. Des guerriers devaient ensuite l' attaquer avec leurs fusils et leurs arcs et une fois qu'il était "mort", il était coupé. Puis on plaçait dans la fourche un paquet qui contenait des broussailles, de la peau de bison, du tabac. On plaçait également les effigies du bison et de l'homme, de larges bandes d’étoffes aux couleurs symbolisant les 4 directions.

Puis on plaçait dans la fourche un paquet qui contenait des broussailles, de la peau de bison, du tabac. On plaçait également les effigies du bison et de l'homme, de larges bandes d’étoffes aux couleurs symbolisant Ensuite, l'arbre était transporté sur les lieux de la cérémonie. On sacrifiait alors un bison. Sa tête avec la peau du corps était attachée tout en haut du mât. La tête de bison était tournée vers l'est, vers le soleil levant. Le mât représentait le centre du monde, reliant le ciel à la terre. La structure entourant l'arbre était construite par le danseur principal et les hommes de son clan. A environ 25 mètres du mât, ils plantaient en rond 28 piliers correspondants aux 28 côtes du bison. Des perches étaient fixées à leurs cimes puis reliées au mât central. La fourche du mât représente le nid d'un aigle, un des animaux sacrés chez les indiens ; parce qu'il peut voler très haut, c'est l'oiseau qui se rapproche le plus du soleil. C'est pour cela qu'il est le lien entre l'Homme et le Ciel, messager qui porte les prières des hommes jusqu'à Dieu (Wakatanka). L'aigle facilite la communication avec les Esprits pendant la Danse du Soleil. Les plumes de l'aigle sont aussi curatives, ainsi le chaman va toucher l'arbre-mât avec une plume d'aigle qu'il va ensuite appliquer sur le corps d'un malade, transférant ainsi l’énergie du mât au malade.


En 1876, Sitting Bull exécutait une danse du Soleil au cours de laquelle il eut une vision de la mort d'un grand nombre d'hommes blancs. Nous étions la veille de la célèbre bataille de Big Horn, la dernière victoire remportée par les Indiens.
La Danse du Soleil, qualifiée de "rite barbare et répugnant", a été interdite sous peine de prison en 1883. Les traditionalistes avaient pu la maintenir dans la discrétion. A partir de 1930, des Danses du Soleil étaient présentées publiquement sous une forme atténuée, sans "percement". A la fin des années 1960, elles reparaissaient dans leur rituel complet sous l'influence de Frank Fools Crow, l'homme-médecine oglala mort presque centenaire en 1989, renaissance impensable après des décennies d'assimilation et de christianisme. Beaucoup de Lakota sont actuellement chrétiens, catholiques pour la plupart. Les Jésuites les ont christianisés en s'appuyant sur les vertus lakota de sacrifice, de partage, de générosité pour faire admettre leur enseignement. Les Lakotas n'avaient pas le choix. Ne pouvant plus pratiquer les funérailles traditionnelles qui consistaient à placer les corps sur des échafaudages funéraires pendant un an, ils devaient passer par l'église pour enterrer leurs morts.
Certains Lakota pratiquent les deux religions.
Si les traditionalistes lakotas n'ont plus guère à se défendre contre le christianisme, ils doivent combattre de nouveaux ennemis fort redoutables : les touristes et le "New Age". Les sites cérémoniels majeurs comme Bear Butte où les Lakota et les Cheyenne font leurs quêtes de vision, Devil's Tower où ils célébraient des Danses du Soleil sont submergés tous les étés par des foules de touristes bruyants et irrespectueux et par des adeptes des "nouveaux cultes" qui insultent et profanent la véritable spiritualité indienne.
Les Danses du Soleil tenues sur les réserves lakota sont tous les ans envahies par des non-Indiens dont certains "sponsorisent" les cérémonies, introduisant inévitablement la corruption.
La spiritualité lakota, avec la langue lakota, s'est répandue et est en passe de devenir la première religion indienne d'Amérique du Nord. Préserver, reconstruire et se développer, c'est ce dont la spiritualité et la culture lakota ont besoin maintenant pour revivre.






Rituel en l'honneur du bison :


L'autre animal sacré des indiens est le bison, il apparaissait souvent au début du rituel. Les indiens Shoshone croyaient que c'était le bison qui avait enseigné à l'homme les rituels de la Danse du soleil. On dédiait des chants et des danses à cet animal parce qu'il symbolisait la vie. Les indiens dépendaient du bison pour manger, s’habiller, fabriquer leurs tipis, armes et ustensiles.
Suivant les tribus, le bison participait de différentes façons à la Danse du Soleil. Les Cheyennes avaient décrété que tous les objets sacrés introduits dans la Danse du Soleil étaient liés au bison. Les Sioux Lakota plaçaient un pénis séché de bison contre le mât-soleil pour décupler la virilité des danseurs. Le crâne de bison était utilisé comme une entité à part entière dans le déroulement de la danse. Les Cheyennes remplissaient les cavités des yeux et du nez d'un crâne de bison avec de l'herbe qui représente de la nourriture en abondance pour cet animal, et donc aussi pour les hommes. Les Sioux Dakota croyaient que les os se régénèrent en un nouveau bison parce que l’âme se trouve dans les os. Réduire une chose vivante à un état de squelette c'est lui permettre de rentrer à nouveau dans la vie, c'est une renaissance spirituelle. Pendant la Danse du Soleil le bison apparaissait souvent dans des visions ; un danseur pouvait défier un bison en le chargeant mais le bison pouvait également assommer un danseur. Si un danseur perdait connaissance trop longtemps, cela signifiait qu'il avait eut trop peur d’affronter le bison. Chaque participant devait défier le bison, c'est lui qui décidait alors si cette personne valait la peine que ses prières soient écoutées. Si dans ce face à face spirituel, le danseur pouvait voir la foule tout autour à travers l’œil du bison, cela voulait dire que lui et le bison ne faisait plus qu'un. La Danse du Soleil c'est aussi résoudre un conflit interne : respecter le bison qui est un animal sage et puissant mais devoir le tuer pour survivre. L’adoration du bison permettait de le traiter avec respect, de lui redonner la vie que le chasseur devait prendre pour se nourrir. Les indiens pensaient aussi que le bison fait don de lui-même pour leur permettre de vivre, il est donc normal de lui donner quelque chose en retour, en signe de gratitude. Le sacrifice par le jeûne, la soif et l'auto-flagellation étaient autant de gestes de gratitude envers lui.




Déroulement de la danse du soleil:

Le don de son corps était vu comme le plus grand des sacrifices. Chaque participant se présentait devant l'homme-médecine qui pinçait entre son index et son pouce une partie de la peau de leur poitrine. Avec un couteau aiguisé, il transperçait cette partie et y glissait une baguette en os ou en bois. Cette "broche" était ensuite liée à l' aide d'une lanière de cuir au mât sacré. Ces lanières sont censées représenter les rayons de lumière émanant du Grand Esprit. L'homme devait ensuite se libérer en tirant sur cette lanière. Il y avait trois manières d’offrir sa souffrance : fixer le soleil en étant percé, en étant suspendu, ou en tirant des crânes de bisons accrochés aux lanières qui étaient fixées dans le dos. Il était aussi possible aux danseurs d’offrir des morceaux de leur chair aux parents ou amis. Cette auto-torture symbolisait une renaissance. La douleur représentant la mort, la libération de cette entrave symbolisait la résurrection, physique et spirituelle de l'homme, des bisons mais aussi de tout l’univers. Quand les danseurs étaient tous libérés, la Danse du Soleil était terminée. On allongeait alors les danseurs sur des lits de sauge où ils continuaient à jeûner et racontaient leurs visions au chaman. On en faisait de nouvelles chansons, de nouveau pas de danses. On en tirait même des prophéties. Quand la tribu était prête à lever le camp, les objets sacrés étaient disposés en pile au pied du mât. On ne les emmenait pas parce qu'ils étaient bien trop sacrés pour être utilisé à nouveau. Ces objets retournaient à la nature.


Afin de déposséder les indiens de leurs traditions et de leurs coutumes, les autorités américaines se servir de l’aspect mutilant de cette pratique pour interdire la Danse du Soleil et autres rites tribaux en 1881.

La pratique continua dans la clandestinité jus qu'en 1934, date à laquelle l’interdiction fut levée par le "Indian Reorganization Act".

Blessed Be!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La danse du soleil

Message  Invité le Jeu 22 Sep - 23:17

Ce n'est pas si loin dans le temps, et pourtant, c'est tres loin de nous.
Nous êtres dits civilisés,
incapables que nous sommes d'affronter la moindre idée de "mal-aise", d'inconfort, quand à parler de la souffrance et de la mort!
Tout est aseptisé dans notre monde! Et la maladie, la souffrance, la mort, c'est "caca"! Evil or Very Mad
On veut oublier que tout ça, la maladie, la souffrance, la mort, font partie de la vie, parcequ'on en a peur! Une peur panique, qui nous pousse à abandonner nos vieux, entre les mains "compétentes " de ceux qui seront habilités à abréger leur vie des qu'elle sera un peu trop importune, par une petite piqure tarifée et adéquate. On parle de la loi sur l'euthanasie! me faites pas rire, il y a belle lurette qu'elle est monnaie courante dans tous les centres"médicalisés".courante et tarifée.Et pas vu, pas pris! Les médecins, les infirmières, ont fini par trouver ça normal.Je m'étonnais de ce que ma mère , dans une de ces maisons, n'ait pas été nourrie depuis une semaine! Pas de goutte à goutte, rien!Juste de la morphine pour les crampes!On m'a répondu:mais madame, on ne la nourrit plus, elle est en fin de vie!!! C'est entendu avec la famille! La famille? Je suis sa fille, qu'est ce qui est entendu?On avait laissé entendre à ma soeur, que c'était la seule solution, que c'était mieux pour elle. Pourtant, elle n'était pas malade, juste vieille. Est ce qu'il n'y aurait pas eu autre chose à faire, que la faire mourrir de faim, et la piqure vite vite!(y'a une empècheuse de tuer en rond dans les parages!). Peut être la préparer à mourrir . L'aider à trouver un sens à sa mort, peut être? l'accompagner. Mais non, on a pas le temps, on se prépare pour l'échéance de la recrudescence des vieux , résultat du baby boom! Bien sûr qu'on en a besoin de cette loi qui autorisera l'euthanasie, mais ne vous leurrez pas, ce n'est pas pour que nous mourrions "dignement", mais juste pour que nous n'encombrions pas trop longtemps les hopitaux.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum