"Le miracle de l'attention" signé J. Krishnamurti

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Le miracle de l'attention" signé J. Krishnamurti

Message  Invité le Dim 25 Sep - 1:53

Pouvons nous faire abstraction de toute idée, de tout concept, de toute théorie, et découvrir, par nous mêmes, s'il existe un objet de l'ordre du sacré, sachant qu'il ne s"agit pas du mot,car le mot n'est pas la chose,la description n'est pas l'objet décrit. Il s'agit donc de voir s'il existe un réel authentique, qui ne soit ni le fruit de l'imagination,, ni une illusion, une chimère, ou un mythe, mais une réalité vraie, à jamais indestructible, une vérité qui demeure?
Pour la découvrir, pour la rencontrer, il faut bannir radicalement toute forme d'autorité, surtout d'ordre spirituel, car l'autorité sous entend le conformisme, l'obéissance, la soumission à un certain modèle. L'esprit doit être capable d'affronter seul les évènements et d'être à lui même sa propre lumière. Marcher dans les pas d'un autre, appartenir à un groupe,se plier à des méthodes de méditation dictées par une autorité-tout cela est tout à fait hors de propos pour qui cherche à savoirs'il existe quelque chose qui soit éternel, qui échappe à toute notion de temps, que la pensée ne puisse mesurer, et qui opère au sein de notre vie quotidienne,car cette chose là doit faire partie de notre existence quotidienne, faute de quoi la méditation ne serait qu'une échapatoire parfaitement inutile. Encore faut il être capable d'affronter seul les évènements. Il y a une différence entre l'isolement et la solitude, et la capacité d'affronter seul et en toute lucidité les évènements, sans tomber dans la confusion, ni se laisser contaminer. C'est au panorama entier de la vie, que nous nous interessons- pas à un segment, un fragment d'existence, mais à tout ce que l'on fait, pense ou ressent, donc au comportement global des êtres humains. Et puisque c'est l'enssemble de l'existence qui nous interesse, nous ne pouvons absolument pas prendre en compte ce fragment isolé qu'est la pensée, et vouloir résoudre par son intermédiaire tous nos problèmes. La pensée peut s'arroger l'autorité requise pour rassembler les fragments épars, mais ces fragments, c'est elle même qui les a crées. Nous sommes conditionnés à penser en terme de réussite, de progrès graduels. Les gens croient en une évolution psychologique, mais l'idée selon laquelle le "moi" psychologique pourrait être autre chose qu'une projection de la pensée est elle vraiment fondée?
Pour savoir s'il existe quelque chose qui ne soit pas une projection de la pensée, une illusion ou un mythe, il faut se demander s'il est possible de contrôler la pensée, de la suspendre, de la supprimer, de sorte que l'esprit soit parfaitement tranquille. Mais tout contrôle suppose un" contrôleur"et un objet contrôlé, n"est ce pas? Qui est le contrôleur? N'est il pas ,lui aussi, né de la pensée, dont l'un des fragments s'est arrogé l'autorité à titre de contrôleur? Si vous voyez la vérité de ce fait, alors, contrôleur et contrôlé ne font plus qu'un, le sujet et l'objet se confondent. Le penseur est la pensée. Ce ne sont pas deux entités distinctes. Si vous comprenez cela, tout contrôle devient alors superflu.
S'il n'y a plus de contrôleur, celui ci s'étant confondu avec l'objet controlé, que se passe t il?Lorsquil y a division entre l'agent et l'objet du contrôle, cela suscite un conflit et un gaspillage d'énergie. Mais lorsque contrôleur et contrôlé se confondent, au lieu d'un gaspillage, d'énergie, il y a accumulation de toute l'énergie gâchée précédemment en vain refoulements, en vaines résistancesdus à ce clivage entre contrôleur et contrôlé.Lorsque cesse toute division, on dispose alors de ce surplus d'énergie pour aller au delà de ce qui, croyait on avait besoin d'être étroitement contrôlé.Il faut comprendre sans ambiguité que la méditation ne consiste pas à contrôler , à discipliner la pensée, car celui qui veut discipliner la pensée en est lui même un fragment, une parcelle. Si vous saisissez la vérité de tous ces faits, alors vous disposez de toute l'énergie que vous dilapidiez à vouloir contrôler, réprimer, à vouloir aller au delà de la réalité des faits, au dela de ce qui est...
L'esprit est il capable de rester tout à fait tranquille, parfaitement immobile?Nous posons la question. Car ce qui reste immobile recèle une immense énergie. L'esprit, ce bavard impénitent, toujours en mouvement, l'esprit qui n'est autre que la pensée, perpetuellement tourné vers le passé, vers les souvenirs, accumulant sans cesse des connaissances, et perpétuellement mouvante, - l'esprit , peut il rester complètement immobile et silencieux?Avez vous jamais cherché à vérifier si la pensée était capable de s'immobiliser?Comment allez vous découvrir par quel moyen susciter cette immobilité de la pensée? En fait, la pensée, c'est le temps, car le temps, c'est le mouvement, la mesure. Dans la vie de tous les jours, vous mesurez, vous comparez, dans le domaine materiel comme sur le plan psychologique. Comparer veut dire :mesurer:voilà ce qu'est la mesure. Etes vous capable de vivre au quotidien sans jamais comparer? Pouvez vous faire totalement abstraction de toute forme de comparaison- et ce non pas dans le cadre de la méditation mais dans le cadre de la vie quotidienne? La comparaison intervient quand on choisit entre deux tissus, entre deux voitures, que l'on met en balance deux aspects du savoir, mais interieurement, sur le plan psychologique, nous nous comparons aux autres. Lorsque cesse toute comparaison de cet ordre là, et c'est une nécessité, sommes nous alors capables d'affronter seuls les évènements? Car s'abstenir de comparer signifie "être seul"- ce qui ne veut pas dire que l'on végète pour autant. Pouvez vous donc vivre au quotidien sans avoir recours à la comparaison? Faites le , ne serait ce qu'une fois, et vous verrez ce que cela implique: vous vous delesterez alors d'un énorme fardeau; et lorsqu'on se défait d'un fardeau inutile, l'énergie vous vient.
Avez vous jamais fait preuve d'une attention totale, absolue, êtes vous attentifs à ce que dit l'orateur en ce moment même, ou écoutez vous en ayant l'esprit prompt à la comparaison, fort d'un savoir acquis, enclin à comparer les propos tenus ici à des notions déjà connues de vous? Interprétez vous ces propos en fonction de votre propre savoir, de vos penchants et préjugés personnels? L'attention, c'est autre chose, n'est ce pas? Mais si votre attention implique votre être tout entier, -votre corps, vos nerfs, vos yeux, vos oreilles et votre esprit-il n'existe plus alors de centre à partir duquel rayonne l'attention- il n'y a plus que de l'attention pure. Et cette attention est silence absolu.
Ecoutez moi bien! Car personne d'autres ne vous tiendra de tels propos, malheureusement, alors, de grâce, soyez pleinement attentifs à ce qui vous est dit ici, afin que l'acte même d'écouter soit un miracle d'attention. Une attention dans laquelle il n'y a plus de frontières, plus de limites définies, et donc plus de direction, plus d'orientation- l'attention et rien d'autre: et lorsque cette attention est là, il n'y a plus de vous, plus de moi, plus de dualité, plus d'observateur et d'observé. Mais ce n'est pas possible, si l'esprit est déjà orienté dans une voie déterminée.
Nous sommes éduqués et conditionnés à suivre certaines directions-à avancer de tel point à tel autre.Nous avons fait nôtre la notion de bonheur suprème, la croyance en quelque chose qui transcende la pensée- nous adhérons à cette croyance, à ce concept, à cette théorie. Et nous en faisons un but, un idéal, une direction, une voie vers laquelle nous tendons.Mais lorsqu'on se fixe une voie, il n'y a plus d'espace. Lorsque vous vous concentrez, que vous marchez, ou que vous pensez, en ètant axé dans une direction, définie, il n'y a plus d'espace au sein de votre esprit. Il en va de même quand les attachements, les peurs, la quète du plaisir, la soif de pouvoir, de réussite sociale vous encombrent l'esprit:celui ci étouffe, il manque d'espace. L'espace nous est absolument nécessaire et des lors qu'il y a attention véritable, il n'y a plus ni direction, ni voie à suivre, mais il y a l'espace.
La méditation suppose l'absence totale de mouvement. Ce qui signifie que l'esprit est dans l'immobilité absolue, il ne suit aucune direction précise. Il n'y a pas de mouvement-le mouvement etant le temps et la pensée. Si vous voyez la vérité des faits,-pas leur description purement verbale,mais leur vérité vraie, qui échappe à toute description-alors cet esprit tranquille et silencieux est là. Et il est indispensable que notre esprit fasse silence- le but recherché n'etant pas d'améliorer notre sommeil, nos performances professionnelles, ou nos rentrées d'argent!
La plupart des gens ont une vie creuse et médiocre. Même s'ils possèdent un immense savoir, leur vie n'en est pas moins médiocre, pétrie de contradictions, malheureuse, et sans unité aucune. Tout cela est d'une grande pauvreté, et ces gens gaspillent leur existence à vouloir acquérir la richesse interieure, à cultiver diverses formes de vertus- et autre billevesées. Non que la vertu ne soit pas nécessaire;mais la vertu, c'est l'ordre, et l'ordre ne peut être compris que lorsqu"on a exploré à fond le désordre qui règne en soi. Nous menons, il est vrai des vies désordonnées:c'est un fait.Le désordre, ce sont les contradictions, la confusion,la diversité des désirs péremptoires, les actes démentant les paroles, les idéaux auxquels on s'accroche, et le clivage entre soi même et ces idéaux. Le désordre, c'est tout cela, et losque vous en prenez conscience et que vous y accordez votre attention, pleine et entière, cette attention fait éclore l'ordre, c'est à dire la vertu-qui est quelque chose de vivant, que nul artifice, nulle pratique n'ont jamais défiguré.
La méditation vécue au quotidien n'est autre que la transformation de l'esprit, c'est une révolution psychologique qui fait que l'existence quotidienne telle que nous la vivons-et il ne s'agit pas là de théorie, d'idéal, mais du vécu de chacun des instants de notre vie- est pleine de compassion, d'amour, et de l'énergie nécessaire pour transcender toute forme de médiocrité, de petitesse, de superficialité. Quand l'esprit se tait, -qu'il est réellement silencieux, mais pas de manière forcée, sous la contrainte d'un désir, d'un vouloir, il nait alors un mouvement d'un tout autre genre qui n'est pas de l'ordre du temps.
Vouloir pousser plus loin l'exploration de ce phénomène serait absurde. Ce ne serait qu'une description-qui n'aurait donc pas l'authenticité du vrai. L'important, c'est l'art de la méditation. L-un des sens du mot art, c'est la notion de remettre les choses à leur juste place:faisons donc en sorte que tout soit remis à sa juste place dans notre vie, dans notre vie de tous les jours, pour que cesse toute confusion. Et des lors que l'existence quotidienne sera vécue sous le signe de l'ordre, de la justesse, du silence total de l'esprit, l'esprit découvrira de lui même si oui ou non, l'incommensurable existe.Tant qu'on a pas découvert ce qui est la plus haute expression de la sainteté, la vie reste terne et dénuée de sens. Voilà pourquoi la méditation" juste" est absolument indispensable pour redonner à l'esprit sa fraîcheur, sa jeunesse, son innocence. Ce qui est innocent n'est en aucun cas susceptible d'être blessé. Voilà tout ce que suppose une méditation qui n'est pas isolée du quotidien. La méditation est nécessaire à la compréhension même de notre existence quotidienne. Cela veut dire qu'il vous faut être totalement attentif à ce que vous faites, à votre façon de vous adresser aux autres, à votre façon de marcher, de penser, à ce qui fait l'objet de vos pensées: prêter attention à tout cela , fait partie intégrante de la méditatio,
La méditation n'st pas une échapatoire, elle n'a rien de mysterieux. Mais elle est la source d'un jaillissement de vie-sainte et sacrée. Voilà pourquoi il faut considérer toute chose comme ètant de nature sacrée.


Ainsi parlait Krishnamurti. Il aurait pu avoir une vie douillette, chef d'une congrégation reconnue , il a décidé un beau jour de dissoudre la congrégation et de prendre son bâton de pélerin, allant vers ses semblables, pour leur expliquer la beauté et la richesse du trésor que nous portons tous en nous.
Il n'emploie que des mots simples, connus du plus humble d'entre nous, pour suivre le fil de sa pensée, il nous faut faire comme lui, aller au plus profond de nous. On y est pas toujours enclins.Mais quand on y parvient, alors on acquiert la Connaissance de soi, de l'humain, du Divin.C'était un homme lucide et de bon conseils, un homme éveillé. Il nous a quitté en 1986, je crois...J'aurais pu le rencontrer!...les boules!




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Krishnamurti...

Message  Invité le Dim 25 Sep - 16:16

Nous avons donc ce point commun.Cet être a beaucoup compté dans ma vie et même encore...


Mon Frere Krishnamurti pétait dans la soie fournie par la S.T.
mais il s'en foutait...Nul ne put l'attacher,c'était un Aigle.( Jamais il ne ralentit sa vitesse.En fait il ne partit pas des bases , et largua tout le monde sur place , on le lui reprocha en hauts lieux parait il... Cependant ,Je n'oublie pas qu'il fût tellement battu quand il était petit par son instituteur qu'il ne put se révéler à fond... selon ce qui était prévu.. ouaaa... la mesure qui était la sienne!!!
Arpentant les coteaux Californiens,les flancs des Montagnes Suisses,les berges indiennes, ou les parcs Anglais, Seul si seul, comme les Inities de haute altitude, en contact étroit avec les devas (ce qui est éminemment tangible dans sa façon de narrer ...)ses mots consignés dans ses carnets sont pure Beauté.

Ojai, Californie Vendredi 26 février 1983

"Près de la rivière, il y a un arbre que nous avons regardé jour après jour, pendant plusieurs semaines, au lever du soleil. Quand l'astre s'élève lentement au-dessus de l'horizon, au-dessus des bois, l'arbre devient brusquement tout doré. Toutes ses feuilles rayonnent de vie, et vous voyez, au fil des heures, une qualité extraordinaire émaner de lui (son nom importe peu, ce qui compte, c'est ce bel arbre); elle semble s'étendre par tout le pays, au-delà de la rivière. Le soleil monte encore un peu, et les feuilles se mettent à frissonner, à danser. Avant l'aube, l'arbre est sombre, silencieux et distant, empreint de dignité. Au point du jour, les feuilles illuminées et dansantes, il vous donne le sentiment de percevoir une grande beauté. Vers midi, son ombre est profonde, et vous pouvez vous y asseoir à l'abri du soleil. Alors s'établit un rapport profond, immuable et sécurisant, avec une liberté que seuls les arbres connaissent. Vers le soir, quand le soleil couchant illumine l'ouest, l'arbre peu à peu s'assombrit, se referme sur lui-même. Le ciel est rouge, jaune, vert, mais l'arbre reste silencieux, retranché, il se repose pour la nuit.
Si vous établissez un rapport avec lui, vous êtes en rapport avec l'humanité. Vous devenez responsable de cet arbre et de tous les arbres du monde. Mais si vous n'êtes pas en relation avec les êtres vivants de la terre, vous risquez de perdre votre rapport à l'humanité, aux êtres humains. Nous n'observons jamais profondément la qualité d'un arbre; nous ne le touchons jamais pour sentir sa solidité, la rugosité de son écorce, pour écouter le bruit qui lui est propre. Non pas le bruit du vent dans les feuilles, ni la brise du matin qui les fait bruisser, mais un son propre, le son du tronc, et le son silencieux des racines. il faut être extrêmement sensible pour entendre ce son. Ce n'est pas le bruit du monde, du bavardage de la pensée, ni celui des querelles humaines et des guerres, mais le son propre de l'univers. Il est curieux que nous ayons si peu de rapports avec la nature, avec les insectes, la grenouille bondissante, et le hibou qui hulule d'une colline à l'autre, appelant un compagnon. Il semble que nous n'éprouvions pas de sentiment à l'égard de tous les êtres vivants de la terre
. FIN DE L'EXTRAIT

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Oui Krishnamurti...

Message  Invité le Dim 25 Sep - 19:43

Merci Eiou pour ce partage... et bienvenue à toi cheers


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Merci à toi

Message  Invité le Dim 25 Sep - 23:07

Merci Joffrey de tes voeux de bienvenue, merci aussi pour la photo et pour l'interêt que tu porte à cet être d'exception. Tu sais que tu as pile l'âge de mon premier petit fils. Je suis troooop contente! Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: "Le miracle de l'attention" signé J. Krishnamurti

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum