Les encens/fumigations planétaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les encens/fumigations planétaires

Message  Invité le Mer 14 Mar - 6:28

Je place un extrait du livre que j'ai et qui s'intitule: Philosophie et pratique de haute magie, Melita Denning et Osborne Phillips.





Les encens associés aux planètes et donc aux forces qu'elles représentent en haute magie :
Saturne : Myrrhe, Assa Foetida, Feuilles de violettes, jais, bois de gaïac (Lignum Vitae), huile de violette, pavot.

Jupiter : Muscade, bois et huile de cèdre, résine de pin, huile d'olive, genièvre.

Mars : Opoponax, bois d'aloès, tabac, huile de nicotine, sang de dragon.

Soleil : Cannelle, vanille, laurier, héliotrope, oliban.

Vénus
: Storax rouge, benjoin, ambre, roses, verveine, safran, bois de santal rouge, corail, ambre gris.

Mercure : Lentisque (mastic), lavande, fenouil, bois de santal jaune, graines d'anis et huile de graines d'anis, styrax (storax liquide), spicanard (psychopompe).

Lune : Camphre, galbanum, amande, noisette, tous les lis, jasmin, graines aromatiques.

Terre : Dictame de Crète, tous les arbres fruitiers.


Explications et lois d’analogies :
Au début du siècle, quelques gouttes de benjoin sur un morceau de sucre étaient administrées en cas de rhume, sans référence à son attribution à Mercure, qui régit le Taureau, signe zodiacal correspondant à la gorge dans le corps humain. A travers les âges, la myrrhe en poudre fut utilisée comme antiseptique et agent cicatrisant dans le traitement des blessures, et ne tomba en désuétude qu'au XIXe siècle. Associée à la Mère-Océan à la fois par son nom et son amertume, elle était attribuée à Saturne, dont on voit ici l'influence restrictive mise à profit dans l'arrêt de l'écoulement du sang.

La violette, représentée sur notre liste par ses feuilles et son huile aromatique, est associé à Binah, non seulement à cause de sa couleur bleue nuit, mais aussi parce que ses fleurs parfumées se cachent sous les feuilles. Le pavot est également attribué à Saturne. La malodorante Assa Foetida avait au moyen âge la réputation d'écarter les démons et fraîche pouvait fort bien écarter n'importe qui. C'est l'un des tourments dont les grimoires menaçaient fréquemment les esprits récalcitrants.

Pour Jupiter, la liste est relativement simple, car elle dépend des arbres associés à Dieu-Père dans les pays allant du Liban au Nord. Le bois de chêne est déconseillé comme encens à cause de sa fumée âcre ; mais le bois et l'huile de cèdre conviennent parfaitement à cet usage. De plus, le bois de cèdre est un symbole d'immortalité et d'incorruptibilité. Nous incluons l'huile d'olive dans notre liste, à cause de son odeur distinctive et agréable. L’olivier est associé à Jupiter en tant qu'emblème de la paix à Pallas Athénée. En méditerranée orientale, les paysans brûlent parfois des feuilles d'olivier dans de petites jarres pour honorer leurs invités.

Parmi les encens de Mars, la résine connue sous le nom de sang de dragon est remarquable pour sa belle couleur rouge sombre, et l'odeur forte et épicée qu'elle émet en brulant. Elle est de caractère fortement martien, et est fréquemment utilisée pure dans les rites.
L'opoponax, résine plus fine et plus rare, a des qualités similaires, mais accompagnées de dignité et solennité. On pourra s'étonner de trouver le tabac et l'huile de nicotine dans une liste d'encens. Le tabac ne représente pas les aspects les plus agressifs de Mars, mais au contraire ses aspects bienveillants et fraternels.

La cannelle est l'encens solaire par excellence. Brulée sur des braises, sans addition d'aucun autre ingrédient, elle émet une odeur pure, brûlante, pas trop douce, épicée qui l'associe immédiatement aux rayons du soleil. A travers les âges, l'oliban, résine utilisée en Égypte, en Grèce et à Rome, a toujours été considéré comme l'encens solaire par excellence mais l'usage qu'en a fait l’Église lui a retiré toute vertu magique. C'est pourquoi nous attribuons sans hésitation la première place à la cannelle. Le laurier commun et la vanille sont de bons aromates solaires que la tradition recommande.

Parmi les encens attribués à Vénus, beaucoup furent choisis principalement pour leur odeur douce et sensuelle. Nous y trouvons trois substances d'origine marine : l'ambre, le corail et l'ambre gris. L'ambre est une résine de pin, transportée par les courants à des distances considérables, et plus ou moins fossilisée par l'eau de mer. L'ambre utilisé comme encens n'est pas la résine dure employé en bijouterie, mais de l'ambre "jeune" beaucoup plus moi, et qui émet encore en brulant une odeur d'huile de pin très reconnaissable. En revanche lors qu'on ajoute du corail aux encens, c'est uniquement en raison de son attribution à Vénus, car il n'a pratiquement aucune odeur, et n'est pas combustible. Mais on l'utilise souvent, le blanc ou rose délicat de certaines espèces étant étroitement associés à Vénus Anadyomède.
L'ambre gris, quant à lui, n'est pas une belle matière, mais brûle facilement en émettant une odeur d'une douceur pénétrante. On l'utilise généralement sous forme de teinture dont on ajoute quelques gouttes à d'autres encens, sinon son odeur serait trop dominante.

Les herbes médicinales appartiennent à Mercure et, parmi elles, la lavande et le fenouil ont une odeur remarquable. Le lentisque produit une véritable résine, douée d'une odeur particulièrement délicate et fugitive (mastic) et par suite traditionnellement associée à Mercure ailé.

Le camphre résine lunaire, en raison de son parfum et de sa blancheur translucide. L'amandier et le noisetier sont des bois lunaires, ce dernier tout particulièrement à cause de son emploi dans la divination. Les graines aromatiques appartiennent à cette sphère par leur association avec ses qualités génératrices, mais aussi parce que c'est la porte du monde de l'astral, où se trouvent toutes les semences des évènements qui s'épanouiront plus tard dans leur manifestation sur la terre. Mais l'huile de jasmin est liée d'une autre façon à la porte de l'astral. On l'utilise dans les rites de projection de la conscience. La lune est la déesse triple, et c'est ici qu'interviennent les lys, car ces plantes typiquement lunaires sont marquées par le nombre de trois : trois ou six pétales, tiges de section triangulaires, feuilles disposées en verticilles de trois.

Le galbanum originaire de Perse, est issu d'un groupe de plantes appartenant à l'ordre des ombellifères. On tire principalement le galbanum du Peucedanum Galbaniflorum. La première mention qu'on en ait est une référence biblique, dans la première liste indiscutable d'ingrédients à utiliser dans les fumigations sacrées (Exode XXX, 34) "Iahvé dit à Moïse, procure toi des aromates ; résine, plantes piquantes, galbanum, aromates et encens pure, qui seront à part égales. Tu en feras de l'encens, aromates, œuvre de parfumeur, salé..."
dans ce passage nous découvrons qu'il faut mélanger aux ingrédients une substance minérale non aromatique, le sel. Le sel avait déjà reçu une valeur symbolique préservatrice et purifiante. C'est pour représenter ou même induire ces qualités au niveau spirituel que le sel devait être ajouté aux autres éléments.

La sphère de la Terre possède sa propre plante-encens ; le dictame de Crète. On l'emploie dans les évocations à l'apparition visible et dans les rites similaires, en raison des lourdes exhalaisons émises par les feuilles. La plante doit être la plus fraîche possible. On peut lui adjoindre en appoint des arbres fruitiers, à cause de leur association avec Déméter.

l'Aurum Solis utilise deux vases à encens:
le thymiaterion (vase fixe) et l'encensoir.
On ne doit jamais brûler de l'encens en quantités excessives, car cela tend à lui enlever de sa puissance. En effet, les odeurs trop fortes émoussent l'odorat et peuvent, dans un espace limité, provoquer un état de stupeur. De plus, si l'encensoir est trop fréquemment utilisé au cours d'une cérémonie, il tend à distraire l'attention et prend un caractère banal. L'encens doit être employé modérément et dans des buts précis.
Les membres de l'Aurum Solis doivent observer les règles suivantes dans l'utilisation des encens.

L'emploi des encens est permis:

1. comme moyen de diriger l'esprit vers une modalité particulière. C'est le seul usage de l'encens invariablement légitime, quel que soit l'oeuvre. Thymiaterion.
2. En tant que purification symbolique: généralement associé à la lustration. Acte préparatoire: lavage et purification des matériaux, des outiles, des aspirants. Egalement lavage et purification ambulatoires d'un temple non consacré, avant le travail. Encensoir.
3. En tant qu'auxilaire pour provoquer le mouvement au sein de la lumière. Comme moyen de se mettre en harmonie avec l'ambiance. Egalement dans des actes rituels spécifiques comme l'encensement des matériaux, des outils, etc., à un stade crucial du travail, en tant qu'auxiliaire mineur de la modification d'une substance. Thymiaterion ou encensoir.
4. Pour aider à la matérialisation totale d'un Esprit évoqué. C'est une exception à la règle concernant l'usage modéré des encens. On admet en effet que des quantités considérables sont nécessaires pour atteindre le but désiré. Thymiaterion.
5. En tant qu'acte d'adoration. Offrande aux dieux. Également offrande d'encens à une divinité présente sous une forme sacramentelle. Thymiaterion ou encensoir.

l'emploi de l'encens est interdit:

1. En tant que moyen de consécration.
2. En tant qu'équivalent d'une onction, quelles que soient les circonstances, par exemple, l'encensement d'instruments effectivement chargés, ect., au point culminant de cérémonies de consécration.
3. Aspersions et encensement ambulatoires, avec l'intention de laver et de purifier un temple consacré.
4. En tant que tentative de renforcement des défenses astrales.
5. En tant qu'acte d'adoration à des êtres n'ayant pas de caractères divins.


Bonne lecture.
Blessed Be ! sunny

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum