Les dangers de la pratique solitaire

Aller en bas

Les dangers de la pratique solitaire

Message  Invité le Sam 31 Mar - 12:39

Ca faisait longtemps que je voulais écrire un post de ce genre, je crois que c’est le moment !

ATTENTION : ce message ne vise personne ! J’ai parlé au tél avec Arathos, et c’est dingue comme on se prend la tête par écrit, car il est très difficile de mettre par écrits des pensées et ressentis très subtiles, le langage est très limité et les incompréhensions faciles.
De vive voix, on comprend mieux les positions des uns et des autres, et même si on garde nos points de vues respectifs, on comprend tout de même beaucoup mieux les pensées des uns et des autres !

Ce message se veut éclairants pour nous tous, car nous sommes tous susceptibles de tomber dans ces travers (et on connaît pour la plupart tous des gens qui y sont tombés).

On en parle souvent, mais les dangers de la pratique solitaire sont nombreux mais surtout, surtout insidieux !
Lorsqu’on est sincère, que l’on est régulier, que l’on approfondit, l’exploration des mondes intermédiaires, la méditation, les pratiques in/évocatoires, on est de plus en plus menacé par certains symptômes, qui apparaissent progressivement, lentement, mais surement.
On s’en rend pas compte soi-même !

Là je cite un excellent passage de Labouré, vraiment excellent et dont j’avais déjà parlé dans l’ancien forum frabato aceboard. Je pense qu’il serait bien d’avoir ce passage bien en vue dans tous les forums d’ésotérisme.

]i]« Nous pourrions comparer le mental saint à un ordinateur. La fonction du mental est d’aider l’intéressé en à prendre des décisions reposant sur des données rigoureuses. Le but de cette fonction et la survie dans un environnement particulier et un épanouissement sur plusieurs plans différents : professionnels, affectif etc. auquel chacun accorde une plus ou moins grande importance en fonction de son tempérament et de son histoire familiale et personnelle.

Dans un certain sens, le mental sain et plus ou moins détachée de toute passion, bien qu'au service de la personne. Si elle s'est étudiée, elle connaît ses limites et l'emploie à bon escient.

L'esprit de méfiance, l'inflation du Moi (orgueil et vanité), l'erreur de jugement, une agressivité revendicatrice à l'égard des autres sont les quatre traits fondamentaux que distingue la psychiatrie dans la constitution paranoïaque.

Dans la pratique de la magie ou de quelques disciplines qui libèrent des quantités inhabituelles d'énergie de l'inconscient, par exemple le yoga, ces couches profondes du mental où résident les tendances paranoïaques sont réactivées.

Tous les fantasmes et illusions de l'enfance touchant l'importance de Soi, la relation d'amour entre soi et sa propre image (narcissisme) réémergent.
Elle déferle sur le mental, accompagnés de quelques autres névroses réveillées par la même occasion.
La personne développe des sentiments messianiques, voit s'évanouir toute capacité à l'autocritique, devient incapable de rire d'elle-même sans arrière-pensée qui transforme son rire en rictus.
Plus l’étudiant devient habile en matière de méditation, de rêves éveillées et d’explorations du monde intermédiaire, plus il est menacé par ces symptômes, et plus particulièrement par l'inflation du Moi.
Elle apparaît lentement et insidieusement, sans mise en garde apparente. Seuls les proches sont conscients de la métamorphose subtile survient. L'étudiant est rarement conscient de ces transformations. Les tentatives faites pour qu'ils se rendent compte d'avances jouées à l'échec, on se heurte à un mur.

Ainsi se vérifie les avertissements de tous les adeptes, relayée par Blavatsky qui, quand elle affirme que dans le monde intermédiaire, dit astral, « sous chaque fleur est lové un serpent ».
Et dans une note à laquelle renvoie cette mise en garde, elle ajoute : « la région astrale, le monde psychique de la perception supra sensorielle et des visions trompeuses, le monde des médiums. Elle est le grand serpent astral d’Eliphas Lévi. Aucune fleur cueillie dans ces régions n'a jamais été ramené sur terre sans un serpent enroulé autour de sa tige. C'est le monde de la grande illusion ».

Ce piège touche encore plus l'aspirant qui travaille hors d'un ordre légitime (ou d’un groupe, je dirais).
Probablement parce que le travail de groupe permet un contrôle réciproque de l'évolution des personnalités. L'équilibre du groupe étant perturbé dès les premiers symptômes, les pressions favorisent la prise de conscience et entravent le développement du trouble.

L'inflation du moi, qui conduit vers une issue diamétralement opposée à celle du Grand œuvre, est généralement précédée d'une riche moisson de découvertes, du sentiment que la destinée a soudainement acquis une nouvelle direction.
L'acquisition de quelques pouvoirs psychiques (magnétisme, vision, prémonition) conforme le praticien dans son point de vue.
Hélas, ces pouvoirs ne sont que psychiques et détournent son attention du véritable but de la quête.
Il s'ensuit généralement la mise à l'écart de la société dans laquelle on se sent incompris ou persécuté, l'effondrement professionnel et financier, l'incapacité à gerer sa propre existence. Au lieu de prendre conscience qu'il est illuminé par Dieu, l'individu se sent missioné par Dieu.
il suffit étudier l'histoire des occultistes et des ordres initiatiques pour constater qu'elle n'est que brouille, réconciliation, guerre ouverte, shismes, envoûtement mutuel etc. nombre d'entre eux ont développé le sentiment d'être uniques, d’être missionné pour jouer un rôle dans le devenir de la planète.
L'anagramme de leur nom l'indique, à moins qu’ils ne soient nés pour annoncer l'ère du Verseau etc.
Les autres ordres étant considérés comme appartenant à une ére désormais révolue, le droit de critiquer leur travail étant transformé en devoir afin d'accélerer la transition vers un monde nouveau.(...)

Je dois également mettre l'étudiant en garde contre les symptômes opposés : l'humilité et la passivité insipides.
Ces dernières sont l’indice d'une forme de mégalomanie plus profondes enfouie encore et potentiellement plus dangereuses, comme nous l'expliquons plus loin. »[/i]


Denis Labouré, "Les enseignements qabalistiques de l'ordre hermétique de la GD", le pilier du milieu, éditions télètes, p144-145-146.


Bon, là il parle d’Ordre, mais moi je vois plus ça dans le sens « groupe » ou « amis », car, hum, j’ai une opinion particulière concernant les ordres, il y en a de très bon, mais aussi de très mauvais et énergétiquement voraces.

Bien à vous,




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les dangers de la pratique solitaire

Message  artisanfr le Sam 14 Avr - 9:48

Coucou Ayin,

Je pense que nous sommes tous différents. Certains s'épanouissent dans un groupe, d'autres dans une pratique solitaire.

Les deux sont utiles.

Pour moi la pratique solitaire est une voie qui m'est plus profitable.

Pour mon cas personnel, je me faisais justement la réflexion que la supériorité du système de Franz Bardon ou de Moryason, on son avantage, si on considère que le mot supériorité est excessif, c'est d'être dégagé de l'influence d'un groupe ou même d'un Maître physique : dans le cas des messages que nous avions sur l'éveil et le non-être, la non-dualité, je pense que ceux qui ont eu l'approche de Bardon sont avantagés car ils sont habitués depuis très très longtemps à fonctionner seuls.

Les groupes, d'amis, la famille, sont des égrégores et ils en ont les avantages et les inconvénients : on peut très bien être guidé par un égrégore qualitativement supérieur à soi, tout comme s'endormir au contact d'un égrégore-somnifère : chacun fait ses expériences.

Un des avantages du système de Bardon, c'est qu'on apprend pendant de longues années à fonctionner seul, et à se remettre en question seul : comme il n'y a pas de présence "physique" cela induit donc les perceptions spirituelles et développe la voyance et le contact avec les êtres invisibles.

Il faut évidemment éviter de pêter un cable, mais généralement celui qui suit l'enseignement de Franz Bardon aura beaucoup d'occasions de se "prendre des murs" et de se remettre en question, aussi je ne me fais pas trop de soucis de ce côté...

Bien à toi
Artisan

artisanfr

Messages : 545
Date d'inscription : 23/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les dangers de la pratique solitaire

Message  Invité le Lun 23 Avr - 22:23


Bonsoir Artisan,


Merci à toi de partager ici ton avis sur la question.


Pour mon cas personnel, je me faisais justement la réflexion que la supériorité du système de Franz Bardon ou de Moryason, on son avantage, si on considère que le mot supériorité est excessif, c'est d'être dégagé de l'influence d'un groupe ou même d'un Maître physique : dans le cas des messages que nous avions sur l'éveil et le non-être, la non-dualité, je pense que ceux qui ont eu l'approche de Bardon sont avantagés car ils sont habitués depuis très très longtemps à fonctionner seuls.

A mon avis, ou plutôt d’après les nombreux bardonnistes solitaires, ou même les « petits » groupes que j’ai eu à croiser durant mon existence, j’ai constaté chez eux tous un dénominateur commun : l’orgueil. Dû à la certitude que l’accroissement, même parfois minime de leurs « capacités » était la preuve irréfutable qu’ils étaient sur la « bonne voie », et, il faut bien le dire, qu’ils se croyaient un peu « supérieur » au commun des mortels.
Une caractéristique qui, si on est dans un groupe équilibré et neutre, serait limité d’office, car le groupe se chargeant de casser le melon de l’apprentie mage dés le départ.
Après, bien évidemment, cela dépend des groupes.
En général, j’ai pu remarquer que les groupes où la hiérarchie est « marqué » et, on va dire « sacralisé », par exemple avec un « maître » nommé décidant et « guidant » le reste sont les pires de tous. Autant bosser seul dans ces cas-là.

Pour Moryason, les choses sont à nuancer. Le système étant théurgique, le simple fait de chercher à « tendre » vers le Divin étant une protection précieuse. Le basculement dû au gonflement de l’orgueil est beaucoup plus maîtrisé.
Qu’en penses-tu ?


Un des avantages du système de Bardon, c'est qu'on apprend pendant de longues années à fonctionner seul, et à se remettre en question seul : comme il n'y a pas de présence "physique" cela induit donc les perceptions spirituelles et développe la voyance et le contact avec les êtres invisibles.


Oui, c’est bien vrai. Comme pour tout, chaque manière de travailler comporte des avantages et des inconvénients.

Le mieux selon moi, c’est d’être encadré par d’autres chercheurs qui n’ont de « supérieur » que leurs avancées dans le Chemin (pas de pseudo « maître » et j’en passe), ce groupe n’étant là que pour lancer des pistes de recherche pas pour formater les membres qui doivent, de fait, travailler d’eux-mêmes pour approfondir les domaines qui les intéresse.

Bien à toi,

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les dangers de la pratique solitaire

Message  Invité le Lun 23 Avr - 23:44

Merci pour la mise en garde.

Comme mon pseudo l'indique, je suis un solitaire. Et j'ai pu me rendre compte que si on ne reste pas vigilant (sans pour autant entré dans la paranoia...), on peut effectivement tomber dans le piège et donc être totalement à coté de la plaque.

Surtout durant des experiences assez spectaculaires, qui nous paraissent spéciales... mais qui ne le sont pas, et ce peu importe la grandeur de l'experience que l'on peut avoir, faut bien s'accrocher, garder les pieds sur Terre...

Par exemple, lorsque j'avais eu un début d'experience d'unité/fusion avec l'exterieur avec des pensées inhabituelles qui venaient à ma conscience (cela venait clairement d'une autre conscience, peut etre ce que l'on appel Soi Supérieur Question ), j'ai déraillé par la suite... Je ne connaissais pas du tout ce phénomène, mon mental s'est emballé, et je penses d'ailleurs qu'il y a eu un phénomène d'inflation du moi comme dans le texte cité. Je me rappel que j'ai commencé à croire que j'étais spécial, je commençais à prendre le melon... Smile Ce qui m'arrivait était assez fort, très différent de ce que je vivais habituellement, et c'est là qu'il faut faire très gaffe!

Dans cette experience notamment, comme il y avait une partie des pensées qui venaient d'une autre conscience, je commençais à mélanger entre ce qui venait de cette conscience et ce qui venait de mon mental.... Finalement, grace aux retours des autres et peut être aussi grace à une certaine ouverture gardée de ma part, je m'en suis sortis sans trop de problèmes. Mais vaut mieux prévenir que guérir! Exclamation (je dois dire aussi que j'étais plutôt de ceux qui pensaient que cela ne pourrait pas m'arriver... en raison de mon caractère etc... donc si vous le pensez aussi, raison de plus de rester vigilant, ça prévient pas! ça se fait en douce...)

Donc en effet, meme si l'on est très solitaire dans sa pratique, faut comme meme jeter un oeil, garder une ouverture sur les autres, et surtout rester très vigilant quant à ce que l'on peut expérimenter...

D'ailleurs quand je regarde un peu ce qui cours dans le milieu spirituel, je trouve que c'est bourré de gens pensant détenir La Vérité, se pensant être mission par Dieu, se croyant Maitre, ou autre réincarnation d'Archange ou que sais je encore!

Donc il me semble qu'un petit rappel pour nous tous n'est pas de trop. What a Face Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les dangers de la pratique solitaire

Message  artisanfr le Mar 24 Avr - 1:41

Cher tous,

mon avis, ou plutôt d’après les nombreux bardonnistes solitaires, ou même les « petits » groupes que j’ai eu à croiser durant mon existence, j’ai constaté chez eux tous un dénominateur commun : l’orgueil. Dû à la certitude que l’accroissement, même parfois minime de leurs « capacités » était la preuve irréfutable qu’ils étaient sur la « bonne voie », et, il faut bien le dire, qu’ils se croyaient un peu « supérieur » au commun des mortels.
Une caractéristique qui, si on est dans un groupe équilibré et neutre, serait limité d’office, car le groupe se chargeant de casser le melon de l’apprentie mage dés le départ.
Après, bien évidemment, cela dépend des groupes.
En général, j’ai pu remarquer que les groupes où la hiérarchie est « marqué » et, on va dire « sacralisé », par exemple avec un « maître » nommé décidant et « guidant » le reste sont les pires de tous. Autant bosser seul dans ces cas-là.

Tu as raison, l'orgueil est un gros problème.
Mais il est présent aussi bien chez des individus isolés que dans des groupes.

Le système de Franz Bardon est une voie de pouvoir, et il est hélas inévitable que ceux qui débutent soient très fanfarons et orgueilleux, c'est d'ailleurs un peu comme ça dans les arts martiaux aussi.

Mais ce problème d'orgueil, on l'a aussi en fréquentant ceux qui vont devenir Docteur, Chirurgiens, Avocats, et autres... Hélas, le fait de faire partie d'un enseignement qui n'est pas destiné à la masse flatte l'orgueil : généralement, la Divine Providence, par le biais de l'Akasha amène des épreuves à ceux qui font preuve d'orgueil, et "ils se prennent des claques", d'une manière où une autre...


Pour Moryason, les choses sont à nuancer. Le système étant théurgique, le simple fait de chercher à « tendre » vers le Divin étant une protection précieuse. Le basculement dû au gonflement de l’orgueil est beaucoup plus maîtrisé.
Qu’en penses-tu ?
Dans le système de Moryason, il n'est pas question d'obtenir des "pouvoirs", mais plutôt de se guérir de sa condition humaine.
Ce n'est pas une voie de pouvoir, il y a donc moins de raisons d'être orgueilleux, mais il est toujours possible de se croire "plus pur" que l'un ou l'autre : l'Initiation est un test de ce que nous avons VRAIMENT dans le coeur, et il y a toujours un défaut ou un autre qui se matérialise, même si ce n'est pas forcément celui auquel on s'attendait qui vient nous chatouiller et nous démontrer que nous sommes imparfaits!
L'importance n'est pas l'existence du défaut, mais comment on apprend à vivre avec et à se discipliner: la perfection n'étant pas la disparition totale de notre profil psychologique (cela ne peut être), mais plutôt le contrôle et la discipline de notre nature inférieure tout en voyant le monde avec des idées très larges et la faculté de se remettre en cause.

Le mieux selon moi, c’est d’être encadré par d’autres chercheurs qui n’ont de « supérieur » que leurs avancées dans le Chemin (pas de pseudo « maître » et j’en passe), ce groupe n’étant là que pour lancer des pistes de recherche pas pour formater les membres qui doivent, de fait, travailler d’eux-mêmes pour approfondir les domaines qui les intéresse.

Ce serait fantastique de trouver des gens comme ça.
Hélas, c'est assez rare.

J'ai tendance à vouloir protéger les gens qui débutent , car comme tu en a fais l'amère expérience, il y a de sacré zozos dans le milieu de l'ésotérisme : cela ne veut pas dire qu'il faut rester dans son coin et voir personne, ça veut dire qu'il vaut mieux ouvrir les deux yeux, et ne dormir que d'un oeil...

Ermite à dit : Par exemple, lorsque j'avais eu un début d'experience d'unité/fusion avec l'exterieur avec des pensées inhabituelles qui venaient à ma conscience (cela venait clairement d'une autre conscience, peut etre ce que l'on appel Soi Supérieur ), j'ai déraillé par la suite... Je ne connaissais pas du tout ce phénomène, mon mental s'est emballé, et je penses d'ailleurs qu'il y a eu un phénomène d'inflation du moi comme dans le texte cité. Je me rappel que j'ai commencé à croire que j'étais spécial, je commençais à prendre le melon... Ce qui m'arrivait était assez fort, très différent de ce que je vivais habituellement, et c'est là qu'il faut faire très gaffe!

C'est très sain de se prendre un mur de temps en temps. Chacun sa voie, mais quand on travaille en solitaire, c'est le destin qui vient nous mettre une claque amicale quand on fond un peu trop les plombs.
J'ai aussi eu des expériences comme ça ou pendant deux ou trois semaines, j'arrivais à faire des vrais miracles, et puis dans une autre situation, je me suis planté vraiment lamentablement : c'est bon pour l'égo, ça nous remet à notre place, et ça nous permet de comprendre que les sciences occultes, tout comme la médecine, ne sont pas une science exacte, et qu'il faut savoir s'attendre à tout à tout moment.
Faire preuve d'humilité : bref, le contraire de l'orgueil.

Pour moi la meilleure protection contre l'orgueil, est de faire les choses pour les autres (LE SERVICE), et faire preuve d'humilité régulièrement dans toutes les expériences de la vie : cela permet d'éviter le pire, le reste, les petits défauts à corriger, on trouve l'occasion facilement dans la vie de tous les jours.

Le SERVICE (faire les choses pour les autres), est une démarche plus facile à pratiquer après un certain cheminement, car on a la conscience et on se rend compte qu'on ne peut pas vraiment accumuler des choses pour son profit personnel, c'est une illusion : en reconnaissant cette illusion, il est plus facile de s'investir dans le Service altruiste.


Bien à vous tous!
Artisan

artisanfr

Messages : 545
Date d'inscription : 23/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les dangers de la pratique solitaire

Message  Invité le Mer 25 Avr - 0:39

Oui, c'est bon pour l'ego je suis d'accord. Heureusement d'ailleurs qu'on se prend des murs parfois! Very Happy Car c'est justement pour les autres que ça me gene et que je dois faire attention (après, il est sur que sur le coup ce n'est pas toujours très agréable). Car je me dis que si je n'avais pas fait attention, j'aurais peut être pu devenir un de ces zozos justement! flower Car tout ces zozos, je me dis qu'ils ont bien commencer quelque part... scratch

L'humilité contre l'orgueil, oui je suis d'accord, en faisant attention à la fausse humilité qui n'est que de l'orgueil masqué... Cool

En ce qui concerne le Service, j'ai une certaine vision de la chose. J'ai tendance à avoir cette vision qu'il ne faut pas non plus que je m'oublis, donc que j'ai un esprit de service pour moi aussi... Car je trouve que quand on s'oublie un peu trop, on est pas forcément des plus frais pour Servir de manière correct... Donc un certain équilibre entre soi et les autres, mais au final bien sur, le Bien Commun doit prédominer selon moi. En tout cas je ne fais pas de Service pour les ordures (mais pour le Bien Commun, la Justice) etc... Et paradoxalement je trouve que c'est tout de meme leur rendre Service... Very Happy

Je n'ai que 24 ans, beaucoup d'experience devant moi. Mais déjà, avec les années je vois comme meme se dessiner une certaine tendance. Je suis plus "posé", cette notion de Service commençant à apparaitre plus clairement, certaines choses personnelles prenant moins d'importance etc... Donc en effet, je penses qu'avec les années, l'experience, certaines choses se mettront surement en place...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les dangers de la pratique solitaire

Message  Invité le Mer 25 Avr - 1:22

artisanfr a écrit:

Pour mon cas personnel, je me faisais justement la réflexion que la supériorité du système de Franz Bardon ou de Moryason, on son avantage, si on considère que le mot supériorité est excessif, c'est d'être dégagé de l'influence d'un groupe ou même d'un Maître physique : dans le cas des messages que nous avions sur l'éveil et le non-être, la non-dualité, je pense que ceux qui ont eu l'approche de Bardon sont avantagés car ils sont habitués depuis très très longtemps à fonctionner seuls.

Bonjour Artisanfr, je respecte ton point de vue, mais se former seul au lieu de bénéficier d'un groupe ou d'un maître compétent, ce n'est pas un avantage, c'est un grand handicap :

- car on se prive ainsi d'une expérience supérieure à la notre, qui nous serait pourtant grandement utile (qu'on soit débutant ou très avancé);
- on se prive aussi de la dynamique du groupe, qui est énorme pour avancer + vite (car une vie humaine est très courte - certes l'évolution n'est pas une course de vitesse, mais le temps perdu ne se rattrape pas et la dynamique de groupe à un rôle de locomotive très appréciable);
- outre l'expérience des plus avancés, on perd aussi l'occasion d'accéder à une connaissance qui n'est pas forcément répandue dans le domaine publique - et qui s'avère très précieuse pour avancer + efficacement et + justement;
- on perd aussi l'avantage de l'égrégore du groupe qui offre 2 super-bonus : 1- une plus grande protection (et dans ce domaine, les protections n'ont jamais été du luxe); 2- un contact renforcé avec les énergies supérieures (l'égrégore agissant ici comme un "médium" entre l'étudiant et les plans supérieurs - il met sa force et ses énergies à la disposition de l'étudiant et l'aide à progresser + vite, renforce son travail sur lui, ses exercices de purification, etc);
Je parle ici bien sûr de "vrais" groupes sérieux, pas d'aveugles et de borgnes qui mettent leur ignorance en commun durant leur sommeil Sleep

Des groupes qui ont un vrai "niveau" et une expérience solide (bon, c'est pas facile à trouver ni forcément facile à intégrer car les groupes sérieux ne veulent que des gens sérieux - ce qui se conçoit).

Mais il est bon de fréquenter des groupes de temps en temps, même lorsqu'on est un solitaire : l'accès à l'expérience, à une connaissance plus élevée, etc, tout cela est ENORME pour un chercheur sincère. Et surtout : la destruction d'un grand nombre d'illusions, de préjugés, d'erreurs de débutants, de fautes parfois très répandues même dans la littérature spécialisée, cela est très précieux et seul qqn de + "avancé" sur la voie peut transmettre ces choses. Et dans les groupes, on en trouve tjrs. Si le groupe est sérieux, il en est même rempli !

Fréquenter un groupe sérieux 1 an, cela peut faire facilement gagner 10 ans de pratique en solitaire - et je suis sérieux sur les chiffres !

Ca remet bcp de choses en perspectives.


Un des avantages du système de Bardon, c'est qu'on apprend pendant de longues années à fonctionner seul, et à se remettre en question seul : comme il n'y a pas de présence "physique" cela induit donc les perceptions spirituelles et développe la voyance et le contact avec les êtres invisibles.

Certes, mais il est physiquement impossible d'intégrer un groupe sérieux si on n'est pas capable de travailler seul déjà à la base. Ce n'est pas un salon de thé - je veux dire par là que c'est un lieu de travail et d'échange, mais pas de convivialité. (Pas que du moins...). Donc être capable de travailler seul, ça n'est pas le must : c'est le B-A BA seulement.
En fait qqn qui ne serait pas capable de travailler seul serait considéré comme un incompétent en puissance, par définition (puisqu'il "ne peux pas" faire les choses - même les choses les plus simples).
Ce n'est pas un jugement de valeur : c'est ainsi que raisonnent les groupes sérieux. Ils n'acceptent d'aider que des gens qui sont capables de se débrouiller seuls. Ils sont une aide pour les gens qui ont la volonté d'avancer uniquement. Ils ne perdront pas leur temps en discussions stériles. Il existe déjà des littératures spécialisées et des groupes pour ceux qui ne peuvent pas (ou ne veulent pas) travailler seuls. Ils "délèguent" donc ces gens-là à ces groupes-là. Chacun son public.

D'ailleurs (je me trompe peut-être ?) il est extrêmement improbable de trouver qqn qui sait travailler seul dans un groupe non sérieux - sauf si il est là pour "pavaner" en public ?

Ou peut-être aussi y trouve t-on des gens qui savent travailler seuls mais qui ne font pas un travail sérieux : toute la gamme de ceux qui pratiquent comme "activité de loisir", parce que "c'est fun", ou comme univers-refuge, stratégie de fuite, etc.

C'est en tout cas des publics différents. Il peut y avoir aussi des gens sérieux qui sont en recherche et qui sont paumés. Malheureusement il parait qu'il y a quantitativement moins de groupes sérieux en France que dans les pays anglo-saxons, germaniques, nordiques, etc Parce que l'Inquisition a fait des ravages (on parle d'1 million de morts en Europe, surtout concentrés en Espagne et en France) à une époque où l'Europe était peu peuplée. Donc ça a anéanti des foyers entiers de civilisation. Les pays qui ont été moins touchés ont conservés des traditions familiales qui se transmettent de parents à enfants et donc un pourcentage de population + élevé doté d'une solide expérience et d'un haut niveau (car accompagné d'une pratique, d'une tradition ancestrale, transmise au cours de l'éducation).
Donc certains pays dispose d'un "public qualifié" et d'autres (comme la France) d'un public faiblement qualifié, au point qu'on ne traduit pas l'essentiel de la littérature étrangère en France (Allemagne, Italie, anglo-saxonne, nordique, ...) parce qu'on sait que le public français ne possède tout simplement P A S le niveau pour accéder à cette littérature No ! C'est mondialement connu et reconnu.
Il faut un bagage minimum pour accéder à des ouvrages de haut niveau - sinon le praticien explose en vol !
La lumière sur le Royaume est considéré comme un ouvrage pour débutants et Bardon n'est pas si côté que ça à l'étranger. On traduit plutôt en France du "new age" de salon - ce qui est assez méprisant sans doute pour le public français - mais le fait est que pour accéder à des rituels puissants il faut se mettre aux langues étrangères. Tant qu'il n'y aura pas un public qui sera vraiment "au niveau" dans notre pays.

Ce n'est pas un avis personnel - c'est mondialement reconnu que les Français sont des cancres dans ces domaines. Mais on remonte la pente petit à petit, et d'ici une ou 2 générations on peut espérer que qq ouvrages de haut niveau seront enfin traduits dans la langue de Molière.

Je ne prétend pas ceci dit, moi, avoir un haut niveau. Comme tout le monde à peu près, je n'ai PAS eu une transmission familiale héritée d'une longue tradition. Privilège de certains pays, rarissime par chez nous. Merci l'Inquisition ! pig

Et en plus, je lis pas l'anglais ! Ni les autres langues non plus ! Sad



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les dangers de la pratique solitaire

Message  Invité le Mer 25 Avr - 1:40

Quand je parle de l'aide apportée par l'égrégore d'un groupe sérieux, j'entends un égrégore conçu spécialement - et volontairement - à partir d'anciennes traditions (non communiquées au public - je ne sais pas comment les responsables de ces groupes s'y prennent). Je ne fais pas allusion à un égrégore accidentel ou mécanique qui nait "à l'insu de notre plein grès" Very Happy

C'est bien d'un "égrégore de travail" dont il s'agit, qui booste puissamment les résultats.

Il est bon donc pour un solitaire, de passer dans un (ou quelques) groupe(s) sérieux de temps en temps, ça lui fait un bagage et de l'expérience. D'autant que les groupes sérieux ne sont composés probablement que de solitaires qui se réunissent pour avancer + vite et + justement (car recadrés par l'expérience des + avancés).

Et si ils commencent à barrer en couilles, ils sont soit recadrés d'office (parfois sans ambages et sans chichi) soit virés. C'est une bonne école pour ne pas tourner en rond ou se prendre des murs à pleine vitesse - on s'en prend qd même, mais dès le début, avant que le mur ne devienne infranchissable ou trop douloureux.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les dangers de la pratique solitaire

Message  Invité le Mer 25 Avr - 14:39

Salut Sam,

Je suis entièrement au diapason avec toi sur cette vue des groupes "sérieux" tel que tu les nommes et sur l'avancée exceptionnelle en gain de temps, en savoir, etc qu'ils proposent. Pour avoir fréquenté quotidiennement des personnes y appartenant, je puis témoigner de la véracité de l'ensemble de ce que tu as évoqué.

Les ouvrages comme La Lumière sur le Royaume et les ouvrages de Franz BARDON sont des ouvrages de bonne qualité certes, cependant ce sont des ouvrages tout public. Ils n'ont rien à voir avec ce que ces groupes là proposent. Pourquoi je dis cela ? Et bien tout simplement puisque la qualité des membres et leur maîtrise des domaines étudiés est telle qu'ils sont en mesure d'apporter à l'étudiant des solutions concrètes, adaptées et personnalisées. Ce qui fait que la progression de l'étudiant est boostée par mille. Leurs "connaissances" quand à elles ne sortent pas du néant mais sont en général le fruit d'échanges, de compilations et de pratiques vérifiées au cours des siècles jusqu'à aujourd'hui. Ils n'ont gardé et ne gardent que ce qui fonctionne mais sont néammoins ouverts à l'approfondissement des matières étudiées. Enfin, ils ne prennent comme tu le dis très justement que des gens qui bossent et qui sont capables d'être autonomes.

Je suis particulièrement heureux de voir que je ne suis pas le seul à avoir eu ce genre d'expérience.

+ +

PS : Excellent le pseudo Very Happy .

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les dangers de la pratique solitaire

Message  artisanfr le Ven 4 Mai - 2:25

Cher tous,

Je pense que chaque type a ses avantages et ses inconvénients, et dépend aussi fortement du profil psychologique de l'individu.

C'est comme si l'on opposait , pour ce qui est de l'enseignement, les classes préparatoires avec l'université : chaque type d'entrainement a ses avantages et ses inconvénients, et chaque type d'entrainement est plus adapté à certains caractères qu'à d'autres.

L'avantage de rencontrer un groupe d'occultistes, c'est d'avoir tout de suite accès à des exemples concrêts : que ce soit de voyance, de charges ou autres, et que ces rencontres sont susceptibles de faire comprendre au disciple plus facilement "où" se situent les forces que s'il devait trouver cela tout seul

L'inconvénient est que l'on ne sait pas "qui" on rencontre, et que, les êtres humains étant en général bien peu équilibrés, sur le long terme on finit toujours par découvrir les défauts du groupe ou du leader, et en fait on aura été influencé tout ce temps par l'égrégore du groupe, qui a donc influencé notre karma.
On peut aussi tomber sur un groupe ou des gens négatifs.
On peut aussi tomber sur un authentique Maître, mais honnêtement, si je suis ok pour admettre cette possibilité pour ceux qui vivent du côté indo-tibétain, je pense que cette possibilité est presque proche de zero pour ceux qui vivent en occident (sauf Merveilleuse exception) : les energies et la façon de penser des occidentaux ne s'y prêtent pas.

L'avantage du système de Bardon, et donc de la pratique en solitaire, c'est qu'on est juste en contact de sa propre énergie, et on a donc pas en plus à prendre en charge les problèmes de l'égrégore du groupe que l'on contacte dans la pratique de groupe.
Le deuxième avantage, c'est que, en n'ayant pas d'interlocuteurs tactiles de chair et de sang, on s'habitue à tout trouver tout seul par sa propre réflexion, et on se relie aussi sans le savoir directement au Maître Franz Bardon dans l'invisible.
Cette forte habitude de travailler seul et de trouver les solutions par soi même sera d'une grande aide dans l'avenir et pour les niveaux, ou , par définition, on arrive seul, et non en groupe.
L'inconvénient est que, comme on travaille seul, on a pas l'exemple d'une personne ayant réussi l'exercice qui puisse nous montrer par l'exemple sa maîtrise ou sa compréhension de l'exercice que l'on pratique.

Mais rien n'empêche un pratiquant de Franz Bardon, de rencontrer ponctuellement des gens à l'extérieur pour voir leur interprétation ou leur façon de pratiquer telle ou telle exercice.

Finalement, il est évident que le fait de pratiquer en groupe ou en solitaire dépend fortement du caractère : il y a des gens qui sont des solitaires profonds, pour d'autres, tout travail est forcément collaboratif : il me paraît évident qu'il n'y a pas de solution meilleure qu'une autre, mais que tout cela est du choix de chacun.

Pour la Divine Providence, je pense qu'il est important d'avoir des Disciples de bonne volonté dans toutes les traditions et toutes les loges, que ceux-ci choisissent la pratique de groupe, ou bien préfèrent une voie plus solitaire.

Les deux voies sont utiles.

Bien à vous
Artisanfr

artisanfr

Messages : 545
Date d'inscription : 23/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les dangers de la pratique solitaire

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum