Matta el Maskîne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Matta el Maskîne

Message  Siroco le Mer 21 Déc - 9:32

ou Mathieu le pauvre, moine copte

le texte qui suit est tiré de l'un de ses ouvrages, l'expérience de Dieu à travers la vie de prière

et là,  les vérités chrétiennes et musulmanes se rejoignent


LIBERATION DE L' ÂME

L' âme humaine est, par nature, légère et pure, rapide à répondre à l'appel de Dieu, aspirant fortement à se trouver avec Lui et à adhérer à Lui, libre dans ses élans vers les hauteurs .

De même, elle est aimante de toute autre âme humaine, ouverte sans réserve aux sensibilités des autres, affectueuse et épanouie, pouvant être, par nature, en union parfaite et complémentaire d'amour, d'intimité et d'action harmonieuse, avec Dieu et le prochain.

En l'âme humaine ouverte à Dieu, les principes de force, de légèreté de l'être, de liberté et d'amour pur sont sans limite, susceptible de croître, de se développer et de se perfectionner à l'infini, en puisant en permanence ces qualités et ces attributs en Dieu .

Qu'est ce que donc qui entrave cette légèreté de l'âme, qui arrête son action et annule sa liberté ?

La réponse à cette question est de la plus grande importance pour notre vie spirituelle, car si nous découvrons la nature de cet élément pesant et lourd qui ramène l'âme en permanence vers le bas, arrête son mouvement, la prive de sa liberté et entrave sa progression et son développement, nous pourrons alors concentrer sur lui notre attention, nos efforts et nos prières, pour nous en libérer.

Ce poids contrariant et dangereux, c'est le « moi », le moi humain.

Il est possible au moi humain de vouloir différement de ce que veut Dieu. Il est possible de pencher et de désirer, contre Sa volonté, d'agir contrairement à Ses ordres, de ne pas répondre à Ses appels et à Ses mises en garde, de refuser Ses conseils, de mépriser Son amour, de dédaigner Sa douceur et Sa longue patience, et de causer, en définitive, la perte totale de l'homme.

Mais le moi humain est-il autre chose que l'âme humaine ?

En vérité, le moi n'est autre que l'âme elle-même, mais :

1. ou bien l'âme humaine est entièrement  soumise à Dieu, alors le moi humain n'est pas autonome, il n'a pas d'existence indépendante de Dieu ; sa volonté est conforme à la volonté divine, ses désirs aux désirs divins.
Dans ces conditions le moi humain est habilité à vivre en permanence avec Dieu et en Dieu
c'est à dire qu'il est mort à lui-même, vivant en Dieu.

2. ou bien l'âme est insoumise à Dieu, quand, librement, elle se rend indépendante de la volonté de Dieu et de Son vouloir, et agit selon son propre penchant et ses passions,
alors le moi humain est vivant à lui-même et mort à Dieu.
Il possède une existence autonome indépendante de Dieu, mais c'est une existence dans le mal soutenue par l'illusion du monde matériel .
Or cette existence indépendante de Dieu et cette autonomie dans le péché sont en soi périssables.
Ainsi le moi indépendant de Dieu est-il un moi en voie de perdition.

Le moi humain ne s'écarte de la volonté de Dieu que par la séduction du démon, par une immense fourberie, semblable à celle du serpent qui séduisit Eve au Paradis :
«  Mais j'ai grand peur qu'à l'exemple d'Eve, que le serpent séduisit par sa fourberie, vos pensées ne se corrompent et ne s'écartent de la simplicité envers le Christ »
( II Co 11-3)

Est-il possible de faire mourir le moi humain à lui-même pour qu'il vive en Dieu ?

OUI, et le seul moyen en est la soumission complète à la volonté de Dieu.

C'est dans la soumission complète de l'âme à Dieu que prend fin toute indépendance du moi humain.

Soumission veut dire abandon total à la volonté de Dieu, pour tout ce qui est arrivé, tout ce qui arrive, tout ce qui arrivera, sans inquiétude, ni murmure, ni découragement, mais sans pour autant négliger l'effort humain pour résoudre les problèmes, repousser les maux, soigner les maladies, trancher les situations difficiles avec une volonté spirituelle lucide reçue de Dieu.

L'abandon à la volonté divine se vérifie par l'acceptation finale des résultats après avoir déployé tous ses efforts, s'assurant toujours et continuellement que sa propre volonté est conforme à la volonté de Dieu, et ne faisant rien avec orgueil, insolence, précipitation ou sur l'instigation de sa volonté propre.

«  Que l'âme pratique la sobriété, s'éloigne de la distraction et renonce à ses volontés, alors l'Esprit de Dieu s'approchera d'elle »
( Cronios , Apophtegme des Pères du désert)


Comment se réalise la soumission du moi humain à Dieu afin que l'âme se libère et vive dans un abandon total à la volonté de Dieu ?

1. Prends garde de ne pas t'appuyer sur ta propre sagesse et tes capacités, sur des bras humains pour n'importe quelle œuvre, de peur que ne se ferme ton esprit, que ne s'obscurcisse ta vision, que la grâce ne t'abandonne, et que tu risque de ne plus voir le chemin divin, de perdre la vérité, de tomber  dans le piège de l'ennemi et de devenir l'esclave de ton moi et des désirs des hommes.

« Malheur à ceux qui sont sages à leurs yeux et intelligents à leur propre sens »  (Is.5,21)


2. Garde toi de te faire à l'idée que tu es quelque chose d'important, que sans toi les choses s'arrêteraient et les travaux s'interrompraient, et qu'alors ton moi apparaisse important à tes yeux. Sache que Dieu peut faire avec un autre bien mieux qu'avec toi, et qu'Il peut rendre faibles les forts, et forts les faibles, rendre ignorants les sages, et sages les ignorants. Tout ce qui est bon et utile en toi est de Dieu et non de toi, et si tu ne le confies et ne l'attribues à Dieu en ton for intérieur, il te sera enlevé . Et si tu te flattes de ton intelligence ou de ta vertu, Dieu les abandonne et elles se transforment en corruption, ruines et malheurs .

3. Si ton moi appréhende la soumission à Dieu, se dérobe à l'abandon de Dieu, et se glorifie de son pouvoir, si tu attribues ton intelligence, ta réussite et ta vertu à toi-même, Dieu te soumet alors à des corrections répétées, l'une après l'autre, à des tribulations qui se suivent jusqu'à ce que tu te soumettes et t'abandonne à Lui avec humilité. Mais si tu refuses la correction et déteste subir la tribulation, alors Dieu t'abandonneras à toi-même pour toujours .


4. Prends garde et prête bien l'oreille, car , ou bien tu te considères réellement comme rien, en fait et en paroles, bien décidé en ton for intérieur à t'abandonner à Dieu de toutes tes forces, et dans ce cas tu te libères de ton « moi » de bon gré par la grâce de Dieu ; ou bien tu seras livré à la correction jusqu'à ce que, contraint, tu te libères de ton « moi » propre .
Tu ferais donc bien de choisir le chemin de la soumission volontaire, de te compter dès maintenant pour rien, et de suivre la grâce sur les chemins de l'Esprit.
5. Sache que la soumission à Dieu et l'abandon total à Sa volonté et Son discernement sont en réalité un don et une grâce. Pour obtenir ce don, nous avons besoin, avec la prière et la supplication, de la force confiante de la foi, et de l'insistance du cœur afin que Dieu ne nous livre pas à la correction à cause de notre obscurcissement, et ne nous laisse pas à nos propres sagesses.
Avec cela, il nous faut adopter avec une grande détermination le renoncement à soi en tout temps et en toute occasion, non pas devant le monde, mais à l'intérieur de notre propre conscience. Heureux celui qui découvre la faiblesse et la médiocrité de son âme, qui l'avoue, la confesse devant Dieu jusq'au dernier jour de sa vie.

6. Si tu subis la correction, sache que cela est un bien immense, car Dieu livre à la correction l'âme qui a oublié sa faiblesse et qui se glorifie de ses compétences et de ses réussites. Dieu la corrige jusqu'à ce qu'elle réalise sa faiblesse, et elle y parvient surtout quand Dieu ne lui laisse aucune issue, cernant de partout le moi et le laissant aux humiliations intérieures ou extérieures, que ce soit par le péché ou par les affronts, jusqu'à ce que l'âme se déteste, maudisse son intelligence, nie sa compétence et se confie enfin à Lui, humble et broyée .
A  ce moment là, il est facile à l'homme de détester son moi ; il souhaite même que toute monde se joigne à lui pour détester ce moi exécrable.
Tel est le vrai chemin de l'humilité qui mène à l'abandon total à la volonté divine, ce qui aboutit à la libération de l'âme de la domination du moi, de ses tromperies, de ses obstinations, et de son orgueil

7. Si tu veux atteindre la libération de l'âme par le chemin le meilleure et le plus simple, mets toi à l'école de la grâce, assieds-toi chaque jour, et examine tes pensées, tes mobiles, tes intentions, tes objectifs, tes paroles, tes actions, à la lumière de la parole de Dieu.
Alors tu découvriras la corruption de ton moi, sa duplicité, sa malice, ses tromperies, son orgueil, ses souillures.
Si tu persévères en cela chaque jour d'un cœur broyé, tu pourras te libérer de ce moi mensonger et morbide et l'emporter progressivement sur lui jusqu'à te dégager de son emprise.
Alors tu réaliseras la gravité du désastre où t'avais entrainé ton moi quand tu lui obéissais, t'y complaisais, t'en glorifiais et recherchais son respect et sa dignité.

Et à l'instant même où tu te seras assuré, du fonds de toi-même, que tu n'es rien, que Dieu est tout, tu te seras libéré .
avatar
Siroco

Messages : 315
Date d'inscription : 09/03/2013

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum