Contre la Machine Financière

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Contre la Machine Financière

Message  Et Basta ! le Jeu 30 Juin - 20:55


Salut,

A l'occasion de l'élection tant attendue et si surprenante de Mme Christine Lagarde à la tête du Monde Entier, je ne peux plus résister à l'impulsion de vous asséner à nouveau mes pompeux pamphlets !
Ha Ha Ha Ha !

(aparté : il paraît selon le Canard enchainé que c'est le contribuable français qui a payé la campagne électorale de l'autre cruche "économiste de l'année" pour le FMI ... Elle a fait quoi ? Des affiches ? Des badges ? Un clip ? Pour 150 000 euros !?! Pendant ce temps là, à la rentrée, amis ruraux, vous n'aurez plus de classes pour vos enfants ; amis chômeurs parasites, vous n'aurez plus de RSA ; amis anciens et anciennes, vous pourrez crever dans vos mouroirs cet été. Putain, ça me bouffe la rate, merde !)

http://frabato.aceboard.fr/166841-2564-5643-0-Contre-Machine-Financiere.htm

Et Basta !

Messages : 1098
Date d'inscription : 12/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Propos Liminaires Décousus

Message  Et Basta ! le Jeu 30 Juin - 20:57


Les élites ne visent que leur propre perpétuation.
Ils nous ont bâti au fil du temps une belle cage dorée, pour que nous nous tenions plus ou moins tranquilles.
Oh ! Il y a bien des grèves et des revendications : mais avez-vous le souvenir récent d'un gouvernement qui ait reculé face à une manifestation ? Les gens gueulent, eux pouffent. Les gens repartent avec un sentiment de révolte et de devoir accompli : la belle affaire, ils participent malgré eux à tout ce théâtre.
Institutions écrasantes qui serrent doucement, petit à petit la vis. Des fois, ça grogne et ça coince, mais petit à petit, ça passe ...
Regardez : ils profitent de la crise économique qu'ils ont eux mêmes provoqués avec leurs petits jeux dans le laboratoire du pire, et c'est aux autres de payer.
Vous n'avez pas d'argent ? Normal ! Les salaires n'ont pas augmenté depuis dix ans en France. La richesse créée a été déposée dans les poches des actionnaires, au détriment de ceux qui l'a crée, la richesse. Mais ils en veulent toujours plus (pour quoi faire, d'ailleurs ?), alors, comme ils ne peuvent plus trop rogner sur les salaires sans que les gens gueulent, ils utilisent d'autres moyens :
Vous avez du mal à joindre les deux bouts ? Eh bien, prenez deux emplois !
Ca ne suffit pas ? Travaillez le dimanche !
Toujours pas ? Eh bien, prenez des crédits !
On a vu où ça mène, ce pressurage !

L'idéologie est là :
La Croissance, la Croissance, la Croissance ...
On l'entend partout, mille fois par jour, c'est devenu un fait admis, une doxa contre laquelle on ne peut pas aller : il faut de la Croissance. De la même façon dont on chantait le Progrès au XIXème siècle.
Mais c'est quoi, la Croissance ? C'est produire plus de richesse, pour pouvoir posséder plus, ce qui accroit la richesse, qui permet de posséder plus ...
Une spirale dévorante sans fin, une courbe qui se voudrait exponentielle. Mais c'est un mirage, une illusion : on voudrait un progrès infini, dans un monde fini avec des ressources limitées. Cherchez l'erreur !
Et pour quoi ? Avoir le dernier portable qui fait “bzzzt” ! Et la dernière jolie voiture dont on n'a aucun besoin et qu'on nous a appris à désirer !

On commence le Journal Télévisé avec le cours du CAC 40 et de la Bourse. Comme si le téléspectateur moyen y comprenait quelque chose ! Déjà que les économistes ont eux du mal à comprendre ce qui se passe ! On lui balance un chiffre et un pourcentage, il acquiesce devant son assiette : on lui a appris que si la Bourse monte, c'est bien ; si elle descend, c'est mal. Et il faut de la Croissance !
Vous connaissez le pouvoir de la charge des aliments. Éteignez donc vos télés quand vous mangez !

La Cotation Assisté en Continu. C'est quoi ce truc barbare ?
Eh bien, c'est le CAC40 ! Ce satané CAC40 dont on vous rebat les oreilles à longueur de journées, et dont on nous a appris que s'il est haut, c'est bien, s'il est bas, c'est mal.
Il a été créé en 1987, à la base de 1000 points. Il est aujourd'hui à près de 4000. Et les patrons et actionnaires veulent nous faire croire qu'ils n'ont pas d'argent ! “La concurrence, la crise, gna gna gna ...” Tu parles !

Les élites qui mènent le bal sont des financiers et politiques, les deux sphères se mêlant et les individus passant presque librement d'une à l'autre. Ils se sont créés dans les années 90 leur petit monde à eux : le marché financier. Ils se sont créés un petit laboratoire totalement virtuel de règles, et y ont injecté de l'argent. Et oh, miracle ! À l'aide de lois et de règlements qu'ils manipulent à leurs guise, ils font fructifier tout ça. Et ça retourne dans leur poche, multiplié par 4, 10 ou 20.
Le problème, c'est que ce petit laboratoire, ce microcosme, cette machine savamment réglée bouffe de la ressource. Ce magnifique monde impalpable, faits de lois sur mesure et d'argent virtuel a quand même besoin de combustible.
Pensez-y ! les élites s'enrichissent en ne créant rien ! Pas d'objet manufacturé ou de nourriture à échanger, rien ! Ils ont de l'argent, ils le mettent dans la belle machine financière seulement faite de lois et de règlements créés par eux-mêmes, et ils en ont encore plus !

Mais à la base, cet argent qui doit aller dans la machine à faire grandir, il faut bien le prendre quelque part : et c'est là que le bât blesse.
La source, on l'a vu, ils l'ont capté dans la poche du travailleur, du paysan, de l'artisan, enfin : du gars qui produit réellement quelque chose ! En le piquant sur son salaire, en licenciant carrément ou par voie indirecte : en réduisant sa couverture sociale, les acquis sociaux...
Des pays entiers à la solde de la Banque Mondiale, du FMI, de l'OMC, les bras armés de ce monde financier.
Et non seulement le bilan humain est désastreux, mais pour la Planète !
Cette course effrénée à l'argent a fait faire des horreurs en dépit du bon sens : déforestation, pollution, accidents écologiques, empoisonnements ...
Les élites scient la branche sur laquelle ils sont assis.
Et ils écoutent en rigolant les protestations et les manifestations.
Ces rassemblements, ils ne le craignent pas : ils en rient, se moquent, et quand ça prend trop d'ampleur, ils envoient la police que leur prêtent leurs amis politiques.

Jusqu'à ce que la branche cède, ou que les citoyens du monde les chassent enfin !

Et Basta !

Messages : 1098
Date d'inscription : 12/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

On Continue !

Message  Et Basta ! le Jeu 30 Juin - 20:58


Nous avons vu que l'élite, l'oligarchie dirigeante, ne visent que sa perpétuation et la conservation de sa domination et de ses privilèges. Financiers, politiques, hommes d'affaires ou de presse passent librement d'une sphère à l'autre, avec toutes les dérives et compromissions que cela peut permettre.

En quoi ces personnes affectent-elles nos vies ?

- Nous avons vu que pour s'enrichir, les élites ont pressuré au possible les travailleurs, rognant petit à petit au fil des ans sur les salaires.
- Quand cela n'est plus possible et que les salariés grognent trop, ils vont employer des moyens indirects, et rogner sur les atouts sociaux : sécurité sociale, primes, allocations ...

- Les élites contrôlent les médias et les universités. Une voix discordante ou une vision du monde qui n'est pas la leur a donc beaucoup de mal à émerger et à se faire entendre.
Par exemple, il est prouvé depuis longtemps que le libéralisme, c'est à dire la libre circulation des biens, la libre création et la concurrence n'est pas en économie le système optimum de création de richesse. Il existe beaucoup d'autres systèmes et de méthodes, notamment basés sur la coopération, qui créent plus de richesse et surtout plus de richesse partagée équitablement.
Mais avez-vous déjà entendu quelque chose de semblable à la télévision ? Non, on nous répète à l'envie, jusqu'à la nausée qu'il faut de la croissance, qu'avec un retour de croissance nous serons sauvés, etc ... Petit à petit, cette assertion par sa répétition est prise pour une vérité et une doxa contre lesquelles on ne peut pas aller.

- Quelque chose de plus insidieux à présent : il y a en l'homme un besoin de montrer son prestige. Quand les besoins de survie sont assurés (la nourriture, un toit ...), il y a un désir de reconnaissance et de gloriole, de montrer qu'on vaut plus qu'un autre. Cela passe notamment par la copie des manières de vivre de la classe supérieure. Pour résumer, on aspire toujours à vivre mieux, donc on singe le mode de vie des personnes au-dessus de nous.
Chez les élites, ça passe par ces débauches éhontées de luxe ostentatoire et de mode de vie futile : voitures dispendieuses, yachts valant le PIB du Togo, bijoux clinquants, etc ...
Mais voici ce qui est insidieux : ce modèle de vie consumériste est répercuté sur les classes inférieures, par ce besoin de "copier le dirigeant".
Ainsi, le gaspillage de ressources (écrans plats, portables, voitures 4x4 ...) et la pollution faramineuse qui en découle sont multipliés !

Et pire : ce mode de vie consumériste a été érigé comme le seul possible et valable. Si t'es pas riche et si tu ne peux pas le montrer, tu n'es rien.

Hervé Kempf a démontré cela de manière claire et très argumentée dans son livre "Comment les riches détruisent la planète" aux éditions du Seuil.

Dispo en PDF ici : (Vraiment, le site nous-les-dieux, c'est une mine d'or ! Merci à eux.)
http://www.nous-les-dieux.org/images/1/1f/Comment_les_riches_d%C3%A9truisent_la_plan%C3%A8te.pdf
Une interview radio de l'auteur qui résume son livre :
http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1124

Et Basta !

Messages : 1098
Date d'inscription : 12/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Vous ne dormez toujours pas ?

Message  Et Basta ! le Jeu 30 Juin - 21:01

Résumons un peu tout ça.

Le capitalisme actuel a pour simplifier à l'extrême deux formes.
L'aspect financier, boursier, actionnarial ; et l'aspect industriel et entrepreneurial.

Le capitalisme financier est une excroissance du capitalisme industriel, un moyen pour ce dernier de s'enrichir encore plus.
Cependant, le financier s'est cassé récemment la gueule, entrainant dans sa chute l'industriel et les États. Chute qui se répercute sur les citoyens.

On veut donc revenir à un capitalisme plus "modéré", basé sur l'entreprise, l'entrepreneur, le patron.
Mais ce système a pour but l'enrichissement du patron. Les salariés, ma foi, sont une donnée du problème et sont nécessaires pour faire fonctionner la machine. Mais le but ultime de tout ça - que ce soit clair dans vos esprits ! -, c'est l'enrichissement du propriétaire de l'entreprise, de la boite, du trust, tout ce que vous voulez.
Les délocalisations, l'abaissement des salaires, le mépris des revendications ... prouvent bien que les gens qui travaillent dans leur entreprise sont des variables ajustables.
Les gens ne sont pas des chiffres, MERDE !
Ils ont eux aussi des envies, des espoirs, des gosses à élever, une maison à payer, des vacances de rêves, des familles à soutenir ...

Nous voyons donc dans les deux cas (financier et industriel) que le capitalisme est mû par la seule avidité des dirigeants. Avidité encouragée et protégée par les politiques, et "justifiée" honteusement par les médias, la culture, la publicité ... Toutes ces classes appartenant aux mêmes sphères.

Il y a donc une classe "élite" qui oppriment par les lois, le système politique, la publicité, les médias ... d'autres classes plus nombreuses mais inféodées, aveuglées, enchaînées malgré elles.
Mais ... Mais ! La lutte des classes ? C'est Karl Marx !



Salut les Gars !

Eh oui !
Je pense que si l'idée marxiste de base a été détournée et dévoyée par les différents suiveurs, avec les abus, les horreurs et les atrocités que nous savons et que nous ne devons pas nier ; ce n'est pas pour autant que l'idée de lutte des classes est fausse. Ce n'est pas la première fois qu'une belle idée justifie des horreurs ...
D'ailleurs les élites sont de fervents partisans de la lutte des classes ! Ils sont dans celle du dessus, c'est tout. (dixit un grand patron français, je ne sais plus lequel ... Navré !)

De quelles façons l'avidité de l'élite nous atteint, nous, simples citoyens ?

- par le porte monnaie, en nous piquant la richesse créée.
- par le travail et sa nécessité.
- par des lois restreignant les libertés individuelles.
- en nous faisant payer les pots cassés de leurs conneries, via les dettes, les impôts, la hausse des prix et la baisse des salaires.
- par la diffusion du modèle culturel et philosophique qu'ils véhiculent afin de se maintenir au pouvoir par la soumission et l'adhésion : matérialisme, consumérisme, aucune alternative ...
- l'aliénation et l'endormissement de l'esprit critique par la publicité, la propagande (n'ayons pas peur des mots !) ...
- par la destruction des ressources naturelles, la pollution ... "Après nous le déluge !"
- par le cynisme affreux au nom de l'argent : marchands d'armes et de munitions, entreprises polluantes ...
Etc ... Etc ... Etc !!!
La liste est longue !

Vous savez maintenant à qui profite le crime !


Et Basta !

Messages : 1098
Date d'inscription : 12/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

La Fin de l'Individualisme

Message  Et Basta ! le Jeu 30 Juin - 21:03


Le capitalisme est la doctrine qui veut que le profit soit une fin, et non plus un moyen. Les besoins sociaux passent après les besoins matériels.

Profitons en pour éclaircir et définir quelques mots et expressions :
- économie de marché : les différentes règles des échanges : offre et demande, concurrence, etc...
- capitalisme : l'économie de marché comme seule règle, comme vision du monde. Ce n'est plus une fin, mais un moyen.
- libéralisme : doctrine philosophique et politique insistant sur la liberté innée des individus, et donc sur leurs égalités en chance, en devoir et en droit.
- néolibéralisme : "capitalisme" sentant un peu le souffre, on emploie ce mot en lieu et place de celui-là.

Le capitalisme promeut l'individualisme.
L'homme est le seul responsable de son bonheur individuel. Il ne passe plus par le bien-être de tous et l'harmonie avec
l'environnement au sens large (nature, famille, monde ...) mais par son propre bonheur égoïste.
C'est la loi du plus fort. Les faibles n'ont qu'à s'en prendre à eux-mêmes s'ils sont pauvres, misérables, opprimés ... Ce n'est surtout pas la faute aux désirs égoïstes de l'élite et de leur domination ! Et on vous a seriné à l'envie que “c'est le monde qui est comme ça.”
La loi de la Jungle !
Bien sûr, un animal plus fort en tue un plus faible, pour se nourrir. Mais il n'abat pas le reste du troupeau, assurant l'homéostasie et la perpétuation de celle-ci. La prétendue “sauvagerie” de l'animal n'a rien à voir avec celle de l'humain ...

Que reste-t-il aux faibles ?
Parfois le crime et la violence, pour :
- Copier les élites, avoir des signes ostentatoires de richesses : belles voitures, etc... Nous avons déjà parlé de ce besoin de "rivalité ostentatoire", montrer ce qu'on a pour en imposer ...
- User de leurs méthodes : si l'individu est libre par nature, et que tous les actes sont tolérés pour son bonheur personnel (l'accumulation de richesses prônée par le capitalisme), la violence, le crime, les divers trafics sont autant de moyens d'y parvenir.
Seuls l'argent, les affaires et le résultat comptent.
Vous remarquerez la similitude de pensée entre les criminels et les grands patrons. "Business is Business"...

On récolte ce que l'on sème ...

Pour le capitalisme qui prône l'individualisme comme fin, la société n'existe pas.
Ce n'est pas un fait humain, une propriété de la nature humaine de vivre en société, mais un "arrangement".
Ce n'est qu'un ensemble d'individus vivants ensemble par nécessité, et qui sont en compétition pour la satisfaction de leurs besoins. Pas de bien commun, d'intérêt supérieur, de communauté.

Les maux de la société sont donc le fait d'individus pour le capitalisme. Ce n'est en aucun cas le fait de l'égoïsme de quelques uns, oh non !
Jérôme Kerviel n'est pas un escroc à l'image du système, mais un narcissique qui a craqué.
Les ouvriers qui se suicident chez Renault ou chez France Telecom ne le font pas parce qu'ils sont opprimés par les conditions de travail, de rendement, par une mauvaise organisation et des salaires présurés, oh non ! C'est qu'ils n'étaient pas compétitifs et adaptés, ou fragiles psychologiquement ... Ce n'est pas la faute à une mauvaise répartition du travail ou à un management cruel au nom du rendement ! On a installé des "numéros verts" d'accompagnement psychologique chez Renault ... Mais pas de remise en question de la logique de l'entreprise, de l'organisation du travail, ou de trucs de ce genre ! Aberrant !

Le capitalisme a imposé non pas l'image d'un monde où l'on se côtoie et vit ensemble, mais d'une arène dangereuse où tout le monde est en compétition avec tout le monde. Pas d'intérêt commun, pas de bien commun. Cela justifie qu'on privatise les biens communs offerts à tous par la Nature : l'eau, l'électricité, les plages, la terre et l'espace ; ou qu'on privatise les biens de la collectivité : les transports, la santé, la police ...

Cette promotion de l'individualisme qui est devenu une vérité dans les esprits par la répétition fait que le moi est tout. Seul compte “moi”, cet assemblage de désirs, de peur, de rivalités, de vérités apprises, de conditionnement et de dressage.
Cette ère de l'égoïsme triomphant est en train de tomber en lambeaux. Moribonde mais niant l'évidence, la vision capitaliste du monde gesticule et dans son agonie détruit la planète et l'humain. Mais d'un mal surviendra j'espère un bien, car tous ces egos barbelés s'apercevront eux aussi qu'ils sont artificiels et déserts que l'idée qui les a façonnés. Et alors, peut-être, verrons-nous une Floraison massive et magnifique de Consciences Éveillées dans les années à venir !


Et Basta !

Messages : 1098
Date d'inscription : 12/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Une Note d'Espoir !

Message  Et Basta ! le Jeu 30 Juin - 21:04


Nous gagnerons à la fin.

La crise économique n'est que l'expression de la fin annoncée de l'individualisme.
Deux issues :
- soit les citoyens, conscients de l'urgence de la situation écologique intolérable et de la nécessité absolue d'une plus grande justice sociale changeront le monde par eux-mêmes ;
- soit les élites essayeront de maintenir coute que coute leur domination en restreignant les libertés, pire, en usant non comme à présent plus de conditionnement, de l'aliénation et de la complicité indolente et tacite des peuples qui sont en train de se réveiller, mais bien de la force et de la dictature. Mais cela sera à court terme.
Dans les deux cas, nous gagnerons à la fin. J'espère seulement que ce sera par la moindre violence et par la coopération retrouvée et honorée.

J'oublie la tentation de l'intégrisme, national (comme on essaye en ce moment de le faire passer en France) ou religieux. Là, si le monde choisit ce chemin, je prie encore pour que le moins de sang soit versé, et que d'un mal terrible arrive un bien suprême !

Je souhaite de toutes mes forces que les générations de l'an 3 000 disent de nous, de la même façon dont nous, nous parlons en général du moyen-âge : “Quels primaires ! Quels incultes !”
Des villes nouvelles intégrées dans la Nature.
Des relations basées sur la coopération et la réciprocité.
L'Expérience et la Sagesse à la barre et au commandement,
La recherche du Bien Général, de la Santé de l'Esprit et de l'Ultime Fin de l'Homme comme Credo.

Pfff ... On croirait un tract de hippie, pas vrai ?
Sans doute. Sans doute ...
Mais moi, je veux croire à ça. Il faudra bien accompagner le mouvement en conscience et en harmonie, car de toute façon, à la fin, nous gagnerons !


Et Basta !

Messages : 1098
Date d'inscription : 12/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Et Voilà !

Message  Et Basta ! le Jeu 30 Juin - 21:06


Voilà, voilà.
Désolé pour la prétention de tous ces propos.
Du grain à moudre jusqu'à mon retour ! Ha Ha !


Et Basta !

Messages : 1098
Date d'inscription : 12/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre la Machine Financière

Message  Invité le Jeu 30 Juin - 21:51

Ah oui ... quand même! Pas étonnant que tu veuilles te mettres en vacances après avoir écrit tout ça!

Je n'ai pas encore tout lu (mais je le ferai dès que je serai vraiment en vacances), mais j'aime la fin de ce texte. La part rationnelle dit que le monde ne s'améliorera pas (rapidement, selon le degré d'optimisme ou de pessimisme), et il reste cette part d'idéalisme. L'idéalisme est à l'esprit ce que le mysticisme est à l'âme. C'est de la fine fleur qui sublime et éclaire même les ombres les mieux tapies.

Et au pire, dans 3000 ans, on dira "mais c'était quand même beau de croire aux causes perdues". Héhéhé. Et en attendant,, avanti!

(ou bien les hippies qui te liront diront "c'est de la bonne ...", peut être qu'ils auront raison, si on interprête cette phrase un peu différamment de son sens habituel. Ca ne ferait de mal à personne de se shooter à de telles prétentions, et retrousser les manches pour que ça ne reste pas que de l'idéal.)


[Je me relis et je me dis que ce que je raconte est un peu psychédélique. Qu'on me pardonne, il est tard et j'ai eu une semaine très mouvementée ... et ce n'est pas encore terminé! Promis je répondrai plus longuement et moins psychédéliquement demain ou dans quelques jours. Mais mon impression était suffisamment positive pour avoir envie de la partager sur le moment, juste pour l'idéal.]


Dernière édition par Haeresis le Jeu 30 Juin - 22:27, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Merci Bien

Message  Et Basta ! le Jeu 30 Juin - 22:27


Je ne sais pas pourquoi, je pensais bien que j'aurai au moins une personne précise intéressée par mon verbiage.
Ha Ha Ha !

Ce sont de vieilles lignes copiées - collées d'un ancien forum. Je ne me suis donc pas trop usé les doigts, et à me relire, ça m'apparaît affreusement pompeux et redondant. A retravailler.
Et encore, je n'ai pas tout mis. Mon Camarade Daniel m'a prêté la main plusieurs fois à ce sujet (comme je l'ai déjà écrit ailleurs, nous avons un peu les mêmes préoccupations et centres d'intérêts) et nous avons devisé avec d'autres participants aux sujets des banques "éthiques", de Clearstream, de Naomi Klein ou de Attac, de la responsabilité collective ou de l'usage du martinet.

http://frabato.aceboard.fr/166841-2564-5643-0-Contre-Machine-Financiere.htm


Et Basta !

Messages : 1098
Date d'inscription : 12/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre la Machine Financière

Message  Invité le Jeu 30 Juin - 22:29

Une personne précise? Héhéhé, c'est beaucoup d'honneur que de me laisser de quoi m'occuper pour tes vacances. Il faudra que je tâche de trouver quelque chose à la hauteur pour t'occuper à ton retour alors!

Et merci pour le lien! J'y passerai et lirai ça.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre la Machine Financière

Message  Invité le Jeu 30 Juin - 22:31

Bonjour à tous,

Effectivement, l'élite pensent clairement à sa perpétuation et elle a crée un système trés subtil pour y parvenir.

L'élite n'hésite absolument à faire le sacrifice de certains de ses membres, cela veut bien dire que beaucoup de ces gens ne représentent qu'une vitrine d'un pouvoir plus insondable encore.

On devine allègrement que l'argent est le moteur absolu de leur puissance puisque le système de la collectivité humaine est basé sur ce principe vieux comme le monde.

Toutefois, je ne pense pas qu'ils ont la réflexion "aprés moi le déluge". Effectivement, ne l'oublions pas ils cherchent à se perpétuer et l'important est de garder une longueur d'avance pour que cette pérennité soit effective. Il y a donc, selon moi, un certain degré de contrôle. Mais je garde bien à l'esprit qu'une quantité importante d'individus se livrent effectivement à des exactions vis à vis des hommes et de la nature.

Je pense que l'individualisme a encore du temps pour s'exprimer. Même si nous allons vers une amélioration notable du coté des prises de conscience, l'homme, par rapport à ses angoisses, n'est pas encore prêt à laisser de coté ses mauvaises habitudes.

Les pétitions, les révoltes, grèves ... sont trés certainement l'initiation d'un mouvement qui deviendra plus profond avec le temps. L'homme est un être d'habitude, il doit aborder la vie avec un sentiment d'une plus grande liberté maisil devra y parvenir en reconsidérant, étape par étape, de nouvelles habitudes successives.

À décevoir quelques uns, je ne crois pas que le monde puisse radicalement changer dans le demi siècle prochain.

L'actuelle stratégie de nos gouvernements, et particulièrement des états-unis (que nous suivons clairement), est de créer des crises pour mieux faire accepter les changements à l'avantage de l'élite.
Nous vivons des successions de crises qui trouvent des solutions providentielles (rires...) obligeant les hommes à accepter les nouvelles réponses aux crises, qui en appelleront de nouvelles etc ...

Sur ce point je suis pleinement Et Basta !, qui plus est nous a fait une excellente démonstration.

Il va sans dire, d'un point de vue personnel, que je suis parfois extrêmement en colère (et c'est peu dire) vis à vis de tout ces gens qui en exploitent d'autres pour un profit personnel. Tout comme il m'arrive d'exprimer cette colère vis à vis de ces gens exploités qui ne prennent pas le courage d'ouvrir les yeux et de s'assumer.

Car ces gens qui ferment les yeux, savent que ce qui se passe autour d'eux ne va pas dans le bon sens, qu'ils sont oppressés. Je pense que nous avons tous des exemples autour de nous, dans les discussions entre amis, famille ou collègues de travail. Et pourtant les sondages font mine d'un état moral acceptable de la société.

C'est sur, à un moment ça risque de péter, mais il n'est pas sur que la victoire que nous espèrons sur l'élite soit au final une réelle victoire. L'homme risque alors de remettre sa confiance entre les mains d'individus de même nature car son angoisse risque d'être la plus forte.

Patrice




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre la Machine Financière

Message  Et Basta ! le Jeu 30 Juin - 22:56

Hello,

Patrice nous montre une fois de plus ce que devrait toujours être une véritable discussion : un échange de points de vue argumentés, où l'important n'est pas de convaincre mais d'avancer ensemble.

On devine allègrement que l'argent est le moteur absolu de leur puissance puisque le système de la collectivité humaine est basé sur ce principe vieux comme le monde.

Nous avions fait le parallèle entre l'argent et l'énergie des égrégores. Que les vrais bénéficiaires, ce ne sont pas les participants, mais les créateurs ...

Toutefois, je ne pense pas qu'ils ont la réflexion "aprés moi le déluge". Effectivement, ne l'oublions pas ils cherchent à se perpétuer et l'important est de garder une longueur d'avance pour que cette pérennité soit effective. Il y a donc, selon moi, un certain degré de contrôle. Mais je garde bien à l'esprit qu'une quantité importante d'individus se livrent effectivement à des exactions vis à vis des hommes et de la nature.

On nous prépare en effet déjà à "l'énergie verte" et aux "bio carburants", toujours aux mains des mêmes.
Mais je ne sais pas si l'état de la planète leur en laissera le temps. Mais la remarque est judicieuse, ils n'ont aucun intérêt à jeter le bébé avec l'eau du bain (une drôle d'expression imagée que j'apprécie).

À décevoir quelques uns, je ne crois pas que le monde puisse radicalement changer dans le demi siècle prochain.

Comment savoir, en effet ! Je l'espère en tout cas, ça tient de la foi. On verra bien ...

L'actuelle stratégie de nos gouvernements, et particulièrement des états-unis (que nous suivons clairement), est de créer des crises pour mieux faire accepter les changements à l'avantage de l'élite.
Nous vivons des successions de crises qui trouvent des solutions providentielles (rires...) obligeant les hommes à accepter les nouvelles réponses aux crises, qui en appelleront de nouvelles etc ...

L'universitaire Naomi Klein l'a patiemment démontré dans son gros pavé "La Stratégie du Choc", évoqué succinctement par votre serviteur dans le lien partagé.

Sur ce point je suis pleinement Et Basta !, qui plus est nous a fait une excellente démonstration.

Merci, même si ma modestie souffre ! Ha Ha Ha !
Je le répète à l'envie : je suis totalement autodidacte et amateur de ces questions. Je peux parfaitement me tromper, ou mal citer mes sources. Si j'intéresse au moins quelques personnes avec ces sujets qui me tiennent néanmoins à cœur, j'ai reçu mon salaire.

L'homme risque alors de remettre sa confiance entre les mains d'individus de même nature car son angoisse risque d'être la plus forte.

C'est à craindre !
Mais gardons confiance !
Ha Ha Ha Ha !


Et Basta !

Messages : 1098
Date d'inscription : 12/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre la Machine Financière

Message  Invité le Jeu 30 Juin - 23:13

Tous ces propos ne font pas chez moi l'écho d'une foi, mais plutôt d'un espoir.

Ensuite, je lis beaucoup en ce moment sur le sujet de la géopolitique, la géostratégie et sur la finance qui en permet la conduite, notamment selon la vue états-unienne et européenne.

L'avis des spécialistes en science politique sont relativement pessimiste sur les projets à venir. Les déclarations de ces spécialistes font froid dans le dos.

J'ai quelques références d'ouvrages intéressants sur la question, si cela intéresse quelques uns d'entre vous.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre la Machine Financière

Message  Et Basta ! le Jeu 30 Juin - 23:40


Tous ces propos ne font pas chez moi l'écho d'une foi, mais plutôt d'un espoir.

Je me suis mal exprimé. Ce n'est pas de la foi aveugle ou le fruit d'une révélation type "channel".

Si les bouquins sont abordables pour un béotien, je suis preneur.
En ce qui me concerne, j'ai déjà cité Hervé Kempf (clair et concis, pas de prise de tête) et Naomi Klein (gros pavé, un peu plus costaud). Pour la finance, on peut lire Bernard Maris (qui rend simple les choses mais pas pour autant simpliste) ou Frédéric Lordon, dont je vous conseille les interventions et entretiens dans l'émission de France Inter "Là Bas si j'y suis".
Le Monde Diplomatique est aussi à mon sens une bonne revue.


Et Basta !

Messages : 1098
Date d'inscription : 12/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre la Machine Financière

Message  fluorikar le Ven 1 Juil - 17:48

Oui, ça m'intéresse ! Pas facile de trouver les bonnes infos !
vous avez entendu parler du câble révélé par Wikileaks sur
la politique américaine en matière d'ogm ?
" le câble diplomatique du 14 décembre 2007, rédigé par l'ambassadeur américain à Paris en poste à l'époque, Craig Stapleton, suggère à Washington de « renforcer (sa) position de négociation avec l'UE sur les biotechnologies agricoles (les OGM, NDLR) en publiant une liste de représailles » à utiliser contre l'Union européenne, et la France en particulier, si les négociations avec Bruxelles venaient à échouer."
http://www.lafranceagricole.fr/actualite-agricole/ogm-wikileaks-ne-les-a-pas-oublies-36699.html

avatar
fluorikar

Messages : 756
Date d'inscription : 08/12/2010

http://evol-ution.forumgratuit.be

Revenir en haut Aller en bas

Gregoire contre le Capital

Message  Et Basta ! le Dim 31 Juil - 10:47


Et Basta !

Messages : 1098
Date d'inscription : 12/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre la Machine Financière

Message  Invité le Dim 31 Juil - 11:52

merci Et Basta !
toujours de bons supports de réflexion et ludiques de sur

Laughing

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Nouvelles du Front

Message  Et Basta ! le Jeu 18 Aoû - 19:15


Salut à tous.

Ha Ha Ha ! Quelle pantalonnade !
Les bourses sont inquiètes, virevoltent, s'angoissent ...
Dans tous les médias, on assène les cours et on entretient la peur d'un krach.
"La crise est derrière nous", comme disait notre éminente spécialiste Christine Lagarde !
Ha Ha Ha !

Quand l'arbre est pourri, il ne peut pas donner de bons fruits.

Nos amis Merkel et Sarkozy proposent une taxation des flux financiers. Tu parles qu'ils le feront !
Ceci dit, cela me semble nécessaire.
Avant, l’impôt était prélevé sur la terre et la production agricole. Quand vint l'ère industrielle, ce sont les entreprises qui étaient devenues la manne. Puis ce fut les services.
Maintenant, la branche qui fournit la plus grande richesse, ce sont les opérations bancaires et financières. Il est donc juste à mon avis de penser que l'argent qui profitera au "bien commun" (normalement) doit être pris là où il y a le plus de profit.
Cependant, cette saine réforme ne semble pas soulever l'enthousiasme.

A également été proposé "un gouvernement économique européen", dans les mains du mystérieux Von Rompuy, alias "la Serpillère". Un pas de plus vers la gouvernance mondiale !
Et aussi des santions envers les pays européens qui sont trop endettés. Vraiment la poêle qui se moque du chaudron ! Encore un moyen de pression sur les réfractaires.
C'est évident apparemment pour tout un chacun car personne ne s'en offusque : quand une nation est déjà sous l'eau, le mieux à faire, c'est de lui appuyer sur la tête ...

Ah, j'oubliais de parler de ces agences de notation dont on nous rebat les oreilles.
Des cabinets indépendants et privés de personnes inconnues du grand public, qui par leurs décrets iniques, peuvent enfoncer un pays entier. On peut légitimement douter de leur impartialité ...
Horreur ! Horreur ! La France risque de perdre sa bonne note "AAA" ! Tremblez, braves électeurs !
Ha Ha Ha !

Et Basta !

Messages : 1098
Date d'inscription : 12/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Désobéissance civile .

Message  Invité le Sam 20 Aoû - 5:25

Salut Et Basta !

Louis Mandrin revient ...

Robin des Bois n'est pas loin ! Very Happy Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre la Machine Financière

Message  fluorikar le Sam 20 Aoû - 16:10

La dette en elle même n'est elle point une absurdité moderne ?
Si les états créaient eux même leur argent au lieu de l'emprunter
il n'y aurait pas de dette.
Certain diront que cela peu engendrer une inflation; mais j'ai
l'impression que le système actuel en crée encore plus..
avatar
fluorikar

Messages : 756
Date d'inscription : 08/12/2010

http://evol-ution.forumgratuit.be

Revenir en haut Aller en bas

La Dette

Message  Et Basta ! le Mar 30 Aoû - 22:22


Bonsoir,

La dette n'est pas tellement absurde qu'elle sert d'arme économique, juridique et idéologique.
Elle permet de serrer la laisse aux pays qui rechignent ou qui gémissent.
En nous répétant à tire-larigot et sur tous les tons que les pays vont mal, les oligarques (super-riches, financiers, banquiers, politiques ...) nous font oublier qu'ils sont responsables des dégâts, notamment sociaux ou écologiques.
Mais bon, que voulez-vous, le pays va mal ! La dette s'accroit ! On va perdre notre bonne note !
Alors baissons les salaires, réduisons les niches fiscales (celles qui profitent aux modestes, tant qu'à faire), travaillez plus, réduction, ablation, austérité !
Et ensuite, ils vont vous faire pleurer sur des bébés d'Afrique alors qu'ils sont les plus grands responsables ?
Quelles ordures !





Et Basta !

Messages : 1098
Date d'inscription : 12/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

La Banque Centrale Européenne

Message  Et Basta ! le Ven 7 Oct - 13:50


Bonjour à tous,

Je viens d'écouter un édifiant reportage à la radio sur la Banque Centrale Européenne.
Qu'est-ce que c'est exactement ?

La Banque Centrale Européenne (BCE), basée à Francfort, est le lieu d'impression de la monnaie européenne. Elle est un observatoire de la monnaie, et prend les décisions monétaires concernant l'euro.
Bien bien bien. Ça nous fait l'impression d'un machin lointain qui décide des trucs auxquels on n'entend goutte, comme "dévaluation", "inflation", "dépréciation" etc ... Elle a pourtant un impact direct sur nos vies, je vais tenter de vous l'expliquer.
A noter que c'est une organisation indépendante, qui travaille avec les divers organismes européens, mais qui n'est pas assujettie à l'Europe. Donc pas d'élus, pas de fonctionnaire ; pas de contrôle possible, du coup. C'est un peu notre FMI à nous, les européens.

Mais la BCE sort très fréquemment de son rôle de "garante de la monnaie euro". A la base fondée pour permettre une économie commune et européenne face aux autres grandes puissances, elle a depuis une dizaine d'années pris d'autres fonctions et pouvoirs.
En effet, la BCE est aussi une banque, à laquelle les banques privées peuvent demander des crédits. Elle achète aussi des bons du Trésor et des produits financiers. En gros, elle a ses propres investissements et intérêts. Déjà, la neutralité peut être discutée, du coup.

Quand tout s'est cassé la gueule ces derniers temps, la BCE a redressé les banques privées (sans doute pour se faire rembourser, et de toute façon, dans ces sphères, ils sont tous copains car issus des mêmes classes et mêmes moules). Mais forte de son pouvoir sur les États qui lui sont tributaires (n'oubliez pas que la BCE achète des bons du Trésor ou équivalents, c'est-à-dire qu'elle file de l'argent aux nations), elle exige en contrepartie l'application immédiate de ces fameuses "politiques d'austérité".
C'est là où le bât blesse : les peuples qui constituent les nations n'ont pas élus ces banquiers qui décident pour nous.
Ces petits groupes de gens décideurs influent donc sur la vie quotidienne de millions et de millions de personnes, sans que ceux-ci est leur mot à dire. Les différents gouvernements, parlements et élus qui sont le canal - normalement - d'expression des volontés des peuples ne font rien : soit parce qu'ils sont muselés par le pouvoir financier qui peut couper les robinets quand il veut ; soit parce que comme expliqué plus haut, ils sont tous amis, membres des mêmes cercles et soudés par la même idéologie.

Voici donc les démocraties des années 2000 : des fantoches élus à la solde de leurs copains des banques. Tous ces gens assurent leurs dominations sur le commun des mortels via des institutions et des gouvernements que la masse soutient, persuadée du bien fondé du vote et de la démocratie ; alors que les dés sont pipés dès le départ.
C'est l'argent qui est le principal moteur et facteur de pouvoir. Les financiers et banquiers ont la véritable gouvernance et dictent leurs desiderata à leurs potes élus. Ceux-ci sont présent pour amuser la galerie et faire croire aux masses qu'elles ne sont pas soumises et qu'elles ont encore un pouvoir de contestation. Les médias enfoncent le clou, soit en abrutissant avec des programmes insanes et peu élevés ; soit en martelant par des nouvelles tronquées et des reportages creux le programme de leurs dirigeants.

Ha Ha Ha ! Ca y est, allez-vous dire, il a pété un boulon et va nous ressortir le Nouvel Ordre Mondial, le complot, les loges secrètes, le groupe Bilderberg, ... Ha Ha Ha ! N'allons pas plus loin et restons en à l'économie et la politique.
Quelques exemples :
Le Portugal, l'Italie, la Grèce, l'Irlande ont été soumises à ces "politiques d'austérité" prônées par la BCE et le FMI. Elles sont dans la panade comme on l'a vu.
L'Islande - qui n'est pas dans l'Europe, cependant - a dit poliment "merde" à tout ça, et a réussi à se sortir de l'ornière seule par des décisions politiques.
Si ça a marché pour l'Islande, pourquoi pas chez nous ?
Mais on vous rebat les oreilles de la nécessité de croissance (depuis le temps, l'âge d'or promis devrait déjà être là !), avec le déficit, la dette, le spectre du chômage, l'allongement de la vie et donc du départ en retraite ...
Quand on constate qu'on va dans le mur, et qu'on y va quand même, on peut légitimement se demander le but de tout ça !
Pourquoi, alors que tout indique que ça foire, persister ainsi ?

Je suis enclin à penser qu'il y a quand même une volonté délibérée derrière tout cela. La volonté d'une classe dominante qui met des tours de vis réguliers à nos libertés et à nos pouvoirs. Sinon, pourquoi une banque donnerait-elle des injonctions en matière de politique des États dans le domaine des retraite ou des contrat de travail ?
Quelles sont les conséquences des décisions politiques prises depuis une dizaine d'années ? :

- le pouvoir décideur est passé des mains des gouvernements à des organisations financières NON ELUES.
- les salaires (dans les pays du Nord) ont baissé d'une dizaine de pour-cent, et cette différence a été captée par le capital.
- Quand on a moins de thune, on prend le boulot qu'on nous donne. Le spectre du chômage brandi et les gosses à nourrir, on accepte tout : la "flexibilité", avoir deux emplois, faire des heures supplémentaires, ne pas adhérer à un syndicat pour se défendre ... Les procédures de licenciement simplifiées et les contrats de travail revisités sont la cerise. Du coup, on devient un employé jetable, échangeable, docile, et servile.
- Ce qui était normalement la propriété commune (l'eau, les transports ...) a été privatisé ; c'est-à-dire jeté en pâture par les gouvernements à leurs amis des groupes financiers ; du coup, moins de qualité pour plus de profit et de coût pour l'usager - on dit "client", à présent. Quand la police et l'armée seront privatisées - c'est en route-, là, je m'inquiète pour de bon.

Etc ... Etc ...
Et vous allez encore voter ?

J'en viens à penser que l'économie en général n'est là que pour permettre la domination de quelques uns et non pour régler les échanges entre les gens, les pays ou les entreprises.
Du coup, je pensais que nous allions tous ensemble vers un "Meilleur des Mondes" décrit par Aldous Huxley, où tout le monde serait abruti par la télé et les loisirs, tellement contenté dans son bien-être qu'il ne songerait pas à se révolter de sa condition de servilité béate.
A présent, je me dis que nous nous acheminons plutôt vers Orwell et son "1984" : des masses laborieuses pressurées et parquées, contrôlées, et réprimées quand cela est nécessaire.

...
Allez, nous gagnerons à la fin, de toute façon ! Courage ! Ha Ha Ha !



Dernière édition par Et Basta ! le Ven 7 Oct - 18:36, édité 1 fois (Raison : Chasse aux Pléonasmes)

Et Basta !

Messages : 1098
Date d'inscription : 12/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre la Machine Financière

Message  Invité le Ven 7 Oct - 15:59

Salut Et Basta !
Tu disais
Ha Ha Ha ! Ca y est, allez-vous dire, il a pété un boulon et va nous ressortir le Nouvel Ordre Mondial, le complot, les loges secrètes, le groupe Bilderberg, ... Ha Ha Ha ! N'allons pas plus loin et restons en à l'économie et la politique.
Soit !
arrêtons nous sur les effets et
approfondissons :
https://www.dailymotion.com/video/xj6n7f_la-banque-comment-goldman-sachs-dirige-le-monde_news#from=embediframe


Et pour prendre la mesure de toutes les compromissions dont nous ne sommes pas responsables (je veux parler de la base pyramidale de l'édifice humain ) mais ou nous sommes tout de même complices ,
une petite piqûre de rappel avec un document instructif que tu nous avais indiqué sur feu frabato Ha ! ce beau hard ! :
http://www.secretsbancaires.fr/

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre la Machine Financière

Message  Et Basta ! le Ven 7 Oct - 16:31


Salut mon Ami !

N'allons pas plus loin et restons en à l'économie et la politique.

Je ne voulais pas effrayer nos lecteurs(ices) et participant(e)s, toujours plus nombreux(ses) ! (J'espère, Ha Ha !)
Mais tu sais que je n'en pense pas moins.

mais ou nous sommes tout de même complices

Difficile constat, pas peut-être pas directement responsable mais complice tout de même. Complice par lâcheté, par indolence, plus terrible par ignorance.
A noter d'ailleurs qu'en droit pénal, la complicité équivaut à l'acte lui-même, et est punie des mêmes peines.

Une petite précision pour ce site : http://www.secretsbancaires.fr/
Ce site précieux et très fourni n'est pas totalement indépendant : il est le fruit de la banque NEF, une banque qui se qualifie d' "éthique", c'est-à-dire qu'elle ne joue pas avec nos sous, investit dans des projets écolos ou sociaux ... Ce genre de choses.
Cependant, je ne suis pas à cette banque et n'ai jamais eu d'échos - favorables ou défavorables - à son sujet.
Juste pour l'honnêteté.


Et Basta !

Messages : 1098
Date d'inscription : 12/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre la Machine Financière

Message  fluorikar le Ven 7 Oct - 18:47

avatar
fluorikar

Messages : 756
Date d'inscription : 08/12/2010

http://evol-ution.forumgratuit.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contre la Machine Financière

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum